| |

ANIMAUX - Les poules sont appréciées pour leur compagnie, leurs œufs et leur qualité de composteuses. Conseils pour installer une belle basse-cour dans son jardin.

Depuis un an, Flavie, Enzo, Abby et les autres picorent librement sur le terrain de 120 appartenant à Olivier Hoorelbeke, près de Villeneuve-d'Ascq (Nord). En tout, la famille possède 7 poules, dont une qui s'est finalement avérée être un coq.

Des poules utiles pour le jardin

Au premier chef, Olivier a décidé d'adopter des poules afin qu'elles entretiennent une bande de terrain en hauteur, et donc difficile à entretenir. Il a tout "ratiboisé" avant de les y installer, elles se chargent de maintenir le lieu en l'état. "Elles coupent l'herbe avec leur bec, comme un petit sécateur, explique Olivier, quand un terrain est en train de se rebroussailler, c'est magique."

Le terrain d'Olivier Hoorelbeke sur lequel sont installées les poules.

Le terrain d'Olivier Hoorelbeke sur lequel sont installées les poules. © Olivier Hoorelbeke

Deuxième raison ? Avoir un animal à la maison. Car la poule n'est pas un outil de jardin, mais un petit être à plume dont il faut prendre soin. Une responsabilité, que ce père de famille, âgé de 37 ans, a voulu transmettre à ses enfants. "Au départ, chaque membre de la famille devait avoir sa poule, mais finalement on en a eu plus..."

Installer un poulailler

La basse-cour familiale est composée de 5 poules pondeuses, qui produisent chacune un œuf par jour, d'une poule d'ornement et d'un petit coq, lui aussi d'ornement, qui ne chante qu'une à deux fois par jour.

La famille a décidé de les garder toutes, jusqu'à la fin de leur paisible vie (qui peut atteindre 8 à 10 ans), même quand elles auront cessé de pondre.

Un poulailler à installer.

Un poulailler à installer. © Castorama

Le poulailler a été installé avec les enfants de 9 et 13 ans. Il est possible d'en trouver facilement dans le commerce, comme ceux-ci. Ensemble, ils ont ajouté un perchoir, réalisé simplement avec un manche à balai, ainsi qu'un abri.

Une autre option consiste à construire soi-même le poulailler. Ou encore : transformer une cabane de jardin pour enfants en maison pour poules.

La mode des poules composteuses

Dans l'idée de réduire la production de déchets, plusieurs villes et villages français ont proposé gratuitement des poules à leurs administrés - avec un contrat assurant leur bon traitement. Les édiles assurent qu'une poule peut absorber jusqu'à 150 kg de déchets organiques par an.

Nichoir transformé en abri pour les poules et leur nourriture.

Nichoir transformé en abri pour les poules et leur nourriture. © Olivier Hoorelbeke

Le maire de Bersac, commune de 2 200 habitants près de Bordeaux, a ainsi fait adopter plus d'un millier de poules. Idem à Pincé dans la Sarthe où 62 gallinacés ont trouvé preneur parmi les 206 habitants.

"Dire que ce sont des poubelles de table est à peine exagéré", témoigne Olivier. Elles mangent de tout : des épluchures, du riz, des pâtes, des céréales, et même des restes de viande. Depuis qu'il a sa basse-cour, la poubelle du foyer n'est quasiment plus composée que de déchets recyclables.

Conseils pour adopter des poules pondeuses

  • Ne pas en prendre trop, commencer par deux poules par exemple (une seule s'ennuierait).
  • Le faire en connaissance de cause, cela demande de prendre soin de ces animaux et de s'engager pour quelques années.
  • Avoir de l'espace pour elles (4 minimum par poule), le but n'est pas de faire de l'élevage en batterie !
  • Il faut qu'elles puissent gratter et fouiller le sol, c'est leur principale occupation.
  • Il leur faut de la lumière, en théorie, 14 heures par jour.
  • Prévoir un abri pour être au sec et avoir de l'ombre en cas de forte chaleur. Cet abri peut aussi protéger la nourriture de la pluie.
  • Prévoir de la place sur le perchoir pour chacune. Pour éviter qu'elles se chamaillent pour celui le plus haut placé, on peut mettre les perchoirs à la même hauteur.
  • Choisir des races de poules différentes. "Si elles sont toutes de la même espèce, elles peuvent créer des bandes rivales et se battre entre elles", explique Olivier.
  • Il est possible d'acheter de jeunes poules pondeuses, ou bien d'adopter (ou acheter) des poules réformées , c'est-à-dire une poule issue de l'élevage à qui on offre une seconde vie.
  • Rien ne vous oblige cependant à leur tricoter des pulls pour l'hiver.

Retrouver d'autres conseils pour prendre soin de ses poules ici.