| | | |

VÉGÉTALISER - Inspirée par la théorie de la désobéissance civile, la Green Guerilla remet la nature au centre des espaces urbains.

Saviez-vous que les maraîchers parisiens du XIXe siècle étaient réputés à travers le monde pour leurs rendements exceptionnels ? Sans pesticides, ils parvenaient à obtenir 8 récoltes par an et faisaient pousser des melons en avril ! Leurs secrets : rotation des cultures, paillage, crottin de cheval en engrais et adaptation à l'environnement. Une réussite telle que Paris approchait l'autonomie alimentaire.

Voilà le genre d'infos surprenantes qu'on peut apprendre dans la bande dessinée "Green Guerilla" signée Ophélie Damblé et Cookie Kalkair et publiée aux éditions Steinkis. Avec humour, cette Youtubeuse reconvertie dans l'agriculture urbaine explique dans l'album comment nous devrions tous remettre du vert dans le gris de nos vies citadines.

Désobéissance civile

Né à New York dans les années 70, le concept de Green Guerilla encourage les citadins à se réapproprier leur ville par les plantes, même sans autorisation légale. Ces activistes "verts" s'inscrivent dans la lignée de la "désobéissance civile" prônée par le philosophe Henry David Thoreau, une idée qu'on retrouve aussi chez les militants pour le climat ou le véganisme, par exemple.

Aujourd'hui, la Green Guerilla nous permet de redécouvrir les vertus oubliées des plantes : alimentation en ville, biodiversité, hortithérapie, lien social... et bien plus encore. Voici 5 astuces inspirées du livre d'Ophélie et Cookie Kalkair pour se lancer dans la végétalisation sauvage !

© Ophélie Damblé et Cookie Kalkair (Editions Steinkis)

1. Commencez en bas de chez vous

C'est le premier conseil d'Ophélie. "C'est plus facile de commencer par là, car on peut voir l'évolution de ce qu'on a semé, revenir régulièrement, constater les dégâts s'il y en a..." Comment faire ? C'est simple, il suffit de repérer un endroit laissé en friche ou délaissé par l'activité humaine : grille au pied d'un arbre, parterre de voirie (ces trucs bizarres près des panneaux de signalisation ou un terre-plein au milieu d'une route...), trottoirs.

2. Promenez-vous !

Un Green Guerilleros marche beaucoup. C'est aussi ça, se réapproprier l'espace urbain. Pour trouver des spots prêts à accueillir ses graines, mais aussi pour entretenir des endroits où la nature est déjà présente (friches, cimetières), le militant arpente les lieux les plus improbables.

L'idéal, c'est bien évidemment de trouver des friches sans activité humaine, c'est l'occasion d'être tranquille et d'utiliser vos armes (cf. plus bas). Surtout, elles sont bien plus nombreuses que vous le pensez. A Los Angeles, il existe 7000 hectares de terres abandonnées, l'équivalent de 20 fois Central Park ! Si vous souhaitez végétaliser la ville, comme le dit Ophélie : "Il vaut mieux choisir un lieu plus inattendu qu'un jardin partagé. On est là pour du vandalisme.".

3. Fabriquez des bombes à graine

C'est là que le folklore "guerilleros" entre en jeu. Les "bombes à graines" sont simples à réaliser et inoffensives. Il s'agit de boulettes de terre obtenues en mélangeant de l'argile, de la terre et des graines, certains s'amusent même à les mouler en forme de grenade. Une fois que vous avez constitué votre stock, lancez-les à la main ou choisissez votre arme (fronde, catapulte ou même bazooka pour certains).

4. Plantez des fruits et des légumes

D'après un sondage Ipsos de 2018, 27% des Français rencontrent des difficultés financières pour manger des fruits et légumes frais chaque jour. Dans ces conditions, autant dire que se mettre à la permaculture en ville est un devoir ! La révolution alimentaire commence par le potager à la maison.

Malgré la pollution, il est tout à fait possible de faire pousser des fruits et légumes comestibles à Paris, Lyon, Marseille ou Bordeaux, des études le prouvent. Faites donc comme Ophélie, qui a planté un pied de pommes de terre à côté du métro Ménilmontant à Paris. "Il a survécu à la canicule, nous raconte Ophélie, ça veut dire que des gens sont venus les arroser à ma place !"

5. Lancez-vous dans le DIY écolo

Dans la Green Guerilla, certains font preuve d'imagination et de savoir-faire. Ophélie cite une activiste qui végétalise des caddies entiers de supermarchés. Plus simplement, vous pouvez vous inspirer de nos tutos pour favoriser la biodiversité en ville.

On vous conseille notamment le tuto pour fabriquer un mini-potager à installer n'importe où, dans votre jardin ou sur le trottoir, celui pour construire un abri à chauve-souris (elles disparaissent de nos villes à cause de l'éclairage nocturne), ou encore celui pour faire un bac à compost en bois de palettes.

En résumé, la Green Guerilla est une incitation à l'action et à la solidarité, elle n'attend ni les pouvoirs publics ni les entreprises pour changer les choses. "C'est un mouvement très altruiste, conclut Ophélie, n'importe qui peut s'emparer du végétal. Le but, c'est de montrer que la nature peut nourrir, ramener de la biodiversité, dépolluer et recréer du lien. Donc, apaiser les gens."