| |

ARCHITECTURE - Aziz et Marine vivent depuis une dizaine d'années dans l'Unité d'habitation du célèbre architecte Le Corbusier près de Saint-Etienne, à Firminy. Ils nous racontent leur expérience.

Au départ, c'est un concours de circonstance. On habitait avec ma compagne Marine à Saint-Étienne. Elle est tombée enceinte et on s'est mis en quête d'un logement un peu plus grand”, introduit Aziz, quadragénaire chargé de développement en action culturelle.

Le père de Marine leur parle alors de cet immeuble, perché en haut d'une colline à Firminy, près de Saint-Étienne. Il s'agit de l'Unité d'habitation conçue par Le Corbusier en 1965, qui ressemble à la très célèbre Cité Radieuse de Marseille.

“De prime abord, Le Corbusier, il faut dire les choses, c'est quand même un béton assez froid, vu de l'extérieur. C'est imposant, ça fait grosse barre d'immeuble grise. Moi qui ai grandi en HLM, mon premier réflexe a été de me dire «jamais !»”, se souvient Aziz.

On connaissait Le Corbusier sans vraiment connaître, on savait que c'était un nom mais rien de plus.” Le couple se laisse néanmoins séduire par le discours du père de Marine, qui avait vécu là quelques temps, se rend sur place. Et c'est le coup de cœur.

Coup de foudre à Firminy

“Quand on arrive devant l'Unité d'habitation, le bâtiment paraît énorme”, témoigne Aziz. Sentiment justifié, puisque la bâtisse fait 130 mètres de long sur 51 mètres de hauteur et accueille plus de 400 logements, tous en duplex.

“On a pris l'ascenseur et on a été impressionné par les couloirs, nommés comme des rues, qui traversent le bâtiment de bout en bout, rythmés par des portes de couleurs. C'était assez clean et chouette.”

L'appartement que visite le couple ne manque pas d'atouts. Comme l'Unité d'habitation est placée sur une colline, il n'y a aucun vis-à-vis. Le logement est doté d'une double exposition, et le parc de l'immeuble est aménagé avec des jeux d'enfants.

Dans le salon de l'Unité d'habitation

Dans le salon de l'Unité d'habitation. © Aziz et Marine

“Le premier truc qui nous a sauté à la figure, c'était la luminosité. Et aussi l'impression d'espace, car la hauteur sous plafond est de 4 mètres. Mais en même temps, il y a des endroits comme les chambres qui sont à taille humaine, on n'a pas toujours la sensation d'être dans un grand logement.

Marine et Aziz emménagent d'abord dans la deuxième rue, puis dans la quatrième rue quand leur deuxième enfant arrive. “Il nous fallait un peu plus grand. Et le premier réflexe qu'on a eu c'était de chercher dans cet immeuble Le Corbusier. C'était devenu une priorité.”

Le couple a eu de la chance, leur appartement était en très bon état, avec beaucoup d'aménagements d'origine comme le lino ou les salles d'eau. “On a fait très peu de modifications dans l'appartement, finalement, ça ne nous a pas coûté trop cher.” Comme n'importe quel logement, ils ont pu l'aménager et le décorer comme ils le souhaitaient.

Dans l'espace salle à manger / cuisine

Dans l'espace salle à manger / cuisine. © Aziz et Marine

Rester au "Corbu" ? Pas pour tout le monde

Depuis quelques années, ils sont devenus propriétaires de leur logement. Tout récemment, Marine et Aziz sont devenus parents pour la troisième fois. “Si on n'a pas à faire à un Tanguy, logiquement notre fils le plus grand devrait poursuivre sa vie, faire des études, voler de ses propres ailes, ce qui libérera une chambre quand ses frères grandiront.”

La chambre des enfants est séparée par une porte coulissante

La chambre des enfants est séparée par une porte coulissante. © Aziz et Marine

Néanmoins, si un jour, la famille doit trouver un nouveau logis, elle ne se privera pas de chercher ailleurs, cette fois-ci.

“J'ai quand même beaucoup de mal à me dire que je resterais toute ma vie au même endroit, rien n'est scellé. On a pas mal d'ami-es qui ont vécu au Corbu et qui l'ont quitté, il y a pas mal de turn over sur le locatif. Il y a des gens qui sont là depuis plus de 30 ans, parce qu'ils s'y sentent super bien, d'autres qui viennent seulement quelques années car pour eux ça n'est qu'une étape. Ils se projetaient dans autre chose, une maison, un déménagement pour raison professionnelle…”

Vivre dans un logement d'architecte, c'est cher ?

“L'appartement est grand, on y est très bien. Les enfants s'y sentent bien. On a des voisins avec qui on s'entend sans souci, assure Aziz. Il y a une dimension humaine accessible dans ce que propose Le Corbusier, ce à quoi les autres architectes ne pensent pas forcément. Aujourd'hui, quand on pense à une habitation signée par un architecte, tout de suite on se dit que c'est onéreux, c'est un gros investissement.”

En haut, vue sur le balcon

En haut, vue sur le balcon. © Aziz et Marine

Il faut dire qu'acheter à Firminy, c'est plutôt une bonne affaire. Actuellement, on trouve des appartements de 127m² qui se vendent 90 000 euros. L'appartement de Marine et Aziz fait 130m², surface qu'ils n'auraient pu s'offrir ailleurs.

La moitié de l'immeuble est gérée par un bailleur social, ce qui apporte beaucoup de mixité sociale, “vraiment chouette” selon Aziz. La copro est sympa et gère bien les dépenses, si bien que le couple s'y retrouve financièrement, malgré les charges élevées qui comprennent notamment l'entretien des trois ascenseurs et de l'accueil touristique.

Les salles de bains, comme à l'origine

Les salles de bains, comme à l'origine. © Aziz et Marine

Un bâtiment devenu très touristique

Parce que des visiteurs, il y en a toute l'année, “surtout depuis que le patrimoine de Le Corbusier a été classé à L'UNESCO”, précise Aziz. Avant, c'était seulement quelques badauds et des étudiants en art qui venaient sur la colline. Aujourd'hui, des bus entiers viennent spécialement voir le travail de l'architecte, mondialement connu. Il y a bien un appartement témoin à visiter, mais sa déco très sommaire pousse les visiteurs à déambuler dans la résidence, à la recherche d'un propriétaire accueillant.

“Ça nous est arrivé de temps en temps d'ouvrir nos portes à des touristes pour leur montrer notre appartement, pour voir comment on vit vraiment dans l'Unité d'habitation.” Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le tourisme ne dérange pas les occupants des lieux, plutôt fiers de leurs intérieurs.

Vue sur la mezzanine

Vue sur la mezzanine. © Aziz et Marine

Aziz et Marine ont d'ailleurs décidé de mettre en location leur logement sur AirBnb. “On a eu des Australiens, des Japonais, des Américains, des Indiens… ces gens sont fans d'architecture et on est heureux de leur montrer un morceau de notre patrimoine”, approuve Aziz.

Il y a quand même quelques contraintes quand on vit dans un logement conçu par Le Corbusier. Les murs sont en béton armé vibré, très difficiles à percer pour accrocher un cadre. Il est interdit d'installer du matériel fonctionnant au gaz. La toiture-terrasse géante n'est pas accessible par les résidents. Le chauffage au sol est d'origine et fonctionne à plein régime en hiver, ce qui fait que la famille a déjà fêté Noël en short et t-shirt. “Mais honnêtement, ça n'est que des détails, conclut Aziz. Vivre dans un appartement de cette surface et où la famille se sente bien, c'est un vrai luxe.”

Vue sur la salle à manger depuis le salon

Vue sur la salle à manger depuis le salon. © Aziz et Marine