| | | |

AMÉNAGEMENT - Vivre dans moins de 30 m2 n'est pas réservé aux étudiants ou aux célibataires. Avec de bonnes astuces, on peut y vivre en famille. Démonstration.

Transformer un petit studio de 24 m2 un superbe loft, impossible ? Détrompez-vous ! Maïlys Dorn, architecte d'intérieure spécialiste de l'optimisation d'espace" l'a fait. Et comme pour mieux éprouver son travail, et prouver que l'on peut bien vivre à 4 dans 24 m2, elle y a posé ses bagages et ceux de sa famille pour 6 mois.

L'architecte d'intérieur a été missionnée par le propriétaire du studio, situé à Nice, pour le réagencer afin qu'il puisse le louer. Le tout avec une enveloppe de 15-20 000 euros, main d'oeuvre et mobilier compris.

Après avoir visité l'appartement, le verdict de Maïlys est sans appel : les couleurs des murs rétrécissaient l'ensemble, et donnaient une impression d'enfermement. La cuisine avait l'air minuscule, “on ne pouvait même pas y mettre une table” et la lourde penderie et le petit lit superposé dans le salon grignotaient tout l'espace.

Le studio avant sa transformation.

Le studio avant sa transformation. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Pourtant, l'architecte n'a pas eu besoin de casser la moindre cloison pour relooker cet appartement. “Il faut juste du bon sens et quelques astuces pour donner une impression de profondeur”, explique-t-elle. Avec tout de même un gros chantier : la construction d'une mezzanine. “Je suis partie d'une inspiration cabane dans la ville.”

Le studio une fois réagencé.

Le studio une fois réagencé. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Utiliser la hauteur sous plafond

Premier point, exploiter la très belle hauteur sous plafond : 3,20 m. Maïlys crée donc une mezzanine. Un grand plateau de 7m2 où les enfants dorment, lisent et jouent. “Nos enfants de 4 et 9 ans sont toujours là-hautElle ne fait qu'1,2m de haut, mais les enfants sont toujours au sol en train de jouer et mon conjoint et moi n'y montons que pour faire un peu de rangement”, explique l'architecte.

La chambre des enfants.

La chambre des enfants. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Pour grimper dans les hauteurs de l'appartement, pas d'échelle. “Cela prend au moins 1m2 de place et surtout ce n'est pas facile pour monter et descendre en pleine nuit pas réveillé”. L'architecte crée donc un escalier en OSB. “On peut s'en servir comme rangement”, poursuit-elle. En effet, l'architecte installe des petits modules dans l'espace sous l'escalier.

Séparer les espaces

Pour le coin nuit des parents, s'il y a bien quelque chose que Maïlys ne voulait pas, c'est d'un canapé convertible, car “il n'y a pas d'intimité”. Elle a donc pensé un coin nuit, que l'on crée en tirant un rideau, juste en dessous de la mezzanine, ce qui crée l'illusion d'une pièce en plus.

Le coin nuit des parents, séparé du salon par un rideau.

Le coin nuit des parents, séparé du salon par un rideau. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Nous dormons sur une chauffeuse pour deux personnes. Le matin, on la plie et on la range dans le coin dressing, dans une des penderies. Lorsque l'un de nous veut aller se coucher ou souhaite s'isoler, on tire le rideau et cela n'empêche pas l'autre de rester à bouquiner ou regarder un film dans le salon."

Bien agencer la cuisine

Autre défi, rendre la cuisine plus praticable, pour pouvoir y prendre ses repas. “Lorsque l'on a une toute petite pièce, il est inutile de l'aménager en angle. Il vaut mieux installer 2 linéaires parallèles”, explique Maïlys. Le premier linéaire, collé au mur accueille le réfrigérateur, l'évier et le lave-linge. On pourrait même y installer un lave-vaisselle.

Les deux linéaires parallèles.

Les deux linéaires parallèles. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Le second linéaire prend la forme d'un semi-îlot sur lequel est installé la plaque de cuisson et sert également d'espace repas. Le tout dans 4,5m2.

La cuisine, astucieusement agencée.

La cuisine, astucieusement agencée. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Finalement, on a l'impression d'avoir plus de place que dans nos 58m2”, confie l'architecte. “Malgré le grand tri que nous avions fait avant de déménager, nous nous sommes encore rendu compte que nous avons des affaires dont nous ne nous servons pas. Pourtant, on a plus qu'un tiroir chacun !”

Choisir les bonnes couleurs et de petits meubles

Pour le reste, il s'agit surtout de bonnes astuces de décoration et d'aménagement. Comme le choix des meubles. “Je dis toujours, petits espaces, petits meubles”, j'ai donc choisi un petit canapé design que j'ai placé en longueur dans la pièce. On peut circuler tout autour et cela accentue l'impression d'espace.

Le salon, vu du dessus, avec le canapé autour duquel on peut circuler.

Le salon, vu du dessus, avec le canapé autour duquel on peut circuler. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Autre astuce, le choix des couleurs. Maïlys a choisi un bleu profond qu'elle applique sur certains murs seulement. “Celui que l'on voit lorsqu'on rentre dans la pièce, et sur un des deux murs qui touche le premier. Comme cela, on n'a pas l'impression que la pièce se referme.

L'escalier pour grimper à la mezzanine, qui fait aussi office de rangement.

L'escalier pour grimper à la mezzanine, qui fait aussi office de rangement. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Enfin, un papier peint sur lequel est imprimé de longs troncs de bouleaux a trouvé sa place sur le mur qui jouxte l'escalier. “Leur verticalité accentue encore plus la hauteur sous plafond. C'est un choix fort en décoration, mais il marche très bien !”.

La clé : le jardin

Mais la vraie pépite de ce studio est son petit jardinet de 20m2. “C'est là où j'ai compris le secret des tiny house” raconte Maïlys. “Les tiny ont un petit espace de vie, mais leur espace extérieur est infini. On peut donc très bien vivre à 4 dans 24 m2 si on a un jardin.

Le jardin, ouverture vers l'extérieur du Tinyloft.

Le jardin, ouverture vers l'extérieur du Tinyloft. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Lorsqu'elle a commencé les travaux, le jardin était en friche. Plutôt que de tout élaguer, Maïlys a choisi de conserver quelques arbres pour créer un petit cocon sauvage, qui permet d'isoler ce rez-de-jardin des regards curieux. Depuis, les enfants y passent beaucoup de temps, pendant que les parents profitent de la nouvelle terrasse.

La fameuse balançoire.

La fameuse balançoire. © Optimise Mon Espace - Maïlys Dorn

Dernière coquetterie de l'architecte ? La balançoire, accrochée dans le salon. Qui a dit qu'il ne fallait pas de fantaisie lorsque l'on vit dans tout petit ?