| | | | |

DESIGN - Le Centre Pompidou consacre une grande exposition au designer français Pierre Paulin jusqu'à fin août 2016. Découvrez le travail de celui qui a meublé l'Elysée.

Designer, architecte d'intérieur, créateur, Pierre Paulin est un des designers phare de la deuxième moitié du 20 ème siècle. Une rétrospective lui est consacrée au Centre Pompidou, à Paris, jusqu'à la fin août 2016.

En témoigne le choix de deux présidents de la République de lui confier la réalisation de l'aménagement de l'Elysée. 

En 1971, il est choisi par le président Georges Pompidou, féru d'art contemporain, pour revisiter l'aménagement des appartements privés de l'Elysée. Treize ans plus tard, François Mitterrand fait de nouveau appel à lui afin de concevoir l'architecture intérieure ainsi que le design du bureau présidentiel de l'Elysée.

© Les archives Paulin

Pierre Paulin, était fasciné par les innovations techniques comme le développement du textile extensible ou du plastique injecté. Ses meubles et objets industriels, qu'ils soient dépouillés ou spectaculaires, se mettent toujours au service du corps. On les imagine donc fort confortables, mais on vous déconseille de tenter l'expérience durant l'exposition.

Quel meilleur musée que ce haut lieu d'art moderne et contemporain pour accueillir cette rétrospective ? L'exposition, 17 ans après le décès du célèbre designer, est à découvrir jusqu'au 22 août 2016.

© Georges Meguerditchian

Pierre Paulin. © Photographie Georges Meguerditchian

Pierre Paulin. © Photographie par Georges Meguerditchian

Pierre Paulin. © Photographie par Georges Meguerditchian

Pierre Paulin. © Photographie par Georges Meguerditchian

Pierre Paulin . © Photographie par Jean-Claude Planchet

Pierre Paulin. © Photographie par Philippe Migeat

Pierre Paulin. © Photographie par Galerie Pascal Cuisinier, Paris

Le designer a également réalisé des maquettes d'intérieur : 

Pierre Paulin. © Photographie par Jean-Claude Planchet

Pierre Paulin. © Photographie par Jean-Claude Planchet

Pierre Paulin. © Photographie par Jean-Claude Planchet