| | |

INTERVIEW - Comment rénover les logements déjà existants pour qu'ils soient mieux isolés et plus agréables à vivre ? Entretien avec Lauranne Germond, commissaire de l'exposition.

75% du logement de demain est déjà construit aujourd'hui, comment adapter nos modèles aux défis à venir ?” Voici la grande question à laquelle se confronte la Condition Publique à Roubaix dans les Hauts de France.

L'exposition Habitarium présente le travail de 50 artistes, designers et architectes. Lauranne Germond, commissaire d'exposition et directrice de l'association COAL (coalition pour l'art et le développement durable), nous présente quelques-uns des projets les plus marquants.

18h39 : Quels sont les grands défis auxquels fait face l'habitat aujourd'hui ?

Lauranne Germond : Le monde est divisé entre d'un côté, les pays avec une croissance démographique extrême, où l'on va construire deux fois plus de villes que l'on n'en a jamais construit dans les 30 prochaines années, et les pays comme le nôtre, où l'exode rural et la croissance démographique sont stabilisés.

Chez nous, le patrimoine immobilier de demain est déjà là. Cet habitat n'est plus conforme sur le plan environnemental et n'est pas adapté à l'évolution des modes de vie.

© Pascale Marthine Tayou HomeSweet Home, 2011 Maxime Dufour

En France, le taux de renouvellement du logement est de 1% par an. Ça veut dire qu'il faudrait 100 ans pour renouveler 100% du logement actuel. Il va donc falloir travailler sur le patrimoine existant et sur la meilleure façon de le faire évoluer.

Quelles sont les solutions pour adapter les logements déjà construits ?

Il existe des solutions très différentes selon le type d'habitation. Nous nous sommes concentrés sur les maisons typiques des Hauts de France, des maisons en briques des années 1930, que l'on a en fait construit pendant presque une centaine d'années.

Comment adapter ces maisons qui sont de vraies passoires thermiques ? C'est à la fois une question de rénovation et de lutte contre la précarité énergétique.

Le collectif zerm s'est penché sur l'inertie thermique (maintenir une température agréable dans un logement sans chauffage, ndlr.). Ils se sont demandé comment créer des zones de chaleur et de confort avec des moyens limités, comme des lits à baldaquin, des tentures, des paravents.

© Habiter 2030 programme de recherche des étudiants, 2018 ENSAPL / Maxime Dufour

Ils ont créé un prototype de double-fenêtre : une deuxième fenêtre devant la fenêtre d'origine. Un matériau réflecteur capte la chaleur du soleil et un système coulissant avec des rideaux de différentes épaisseurs permet d'adapter l'isolation en fonction de la saison. On est sur un principe d'autoconstruction et d'aménagement facilement accessible.

Et pour les grands ensembles construits pendant les Trente Glorieuses ?

Les architectes Lacaton & Vassal ont fait le pari de la rénovation plutôt que de la démolition, à la Cité du Grand Parc à Bordeaux, une barre de 530 logements sociaux. Ils ont ajouté une structure extérieure devant la façade, pour un budget équivalent à celui d'une démolition.

Cela permet d'isoler la façade, d'agrandir les appartements (on ajoute une pièce avec une véranda-terrasse), et on a plus du tout le même objet visuel. On passe d'appartements tristes à des appartements de luxe. En terme de qualité de vie seulement car les habitants sont toujours les mêmes !

Autre projet : nous avons invité deux artistes en résidence, Etienne Delprat et Malte Martin, à travailler sur la Résidence Europe à Mons-en-Barœul. C'est la plus grande copropriété de France, un immense paquebot de 547 copropriétés, une ville dans la ville créée dans les années 60.

© Malte Martin et Étienne Delprat - Maquette de la Résidence Europe Mons-en-Baroeul, 2018 Maxime Dufour

Etienne Delprat et Malte Martin ont travaillé sur le sentiment d'appartenance et la valorisation du lieu pour recréer une dynamique positive entre les habitants. Ils ont créé une maquette en Lego. Par le jeu, les habitants ont pu se projeter dans le futur de leur lieu de vie. Ils ont laissé libre cours à leur imagination sans tenir compte des contraintes.

Nous allons aussi créer une application numérique, La Bourse des Possibles, pour créer des échanges entre les habitants, avec des services rendus, comme du baby-sitting, ou de la garde d'animaux.

Informations pratiques :

Exposition Habitarium à la Condition Publique à Roubaix, jusqu'au 8 juillet 2018.