| | | | | |

ÉGALITÉ - Ce message féministe surprenant fait le buzz sur les réseaux sociaux. Découvrez ce plaidoyer pour un partage des tâches égalitaire à la maison.

C'est un message qui a été partagé des centaines de milliers de fois sur les réseaux sociaux. Ce texte en portugais, dont l'auteur reste inconnu, donne la meilleure des raisons pour partager équitablement les tâches domestiques :

"Je n'aide pas ma femme à nettoyer la maison parce que je vis ici aussi. Je n'aide pas ma femme en cuisine parce que moi aussi je mange. (...) Je n'aide pas ma femme avec les enfants parce qu'ils sont aussi les miens et c'est mon rôle de père. Je ne suis pas une aide à la maison, je fais partie de la maison."

La nuance est de taille : aider, ce serait sous-entendre qu'il daigne assister sa femme, de temps en temps, dans des tâches qui lui incomberaient à elle. Lui préfère participer au quotidien à la vie de la maison. Une attitude naturelle, puisqu'il récolte lui aussi les fruits de ce travail.

Pour les non-lusophones, voici la traduction complète en français, publiée elle aussi sur Facebook.

Reconnaître le travail accompli

L'auteur répond ainsi à un ami qui s'étonne de le voir faire la vaisselle et s'exclame : "C'est bien que tu aides ta femme, moi je ne fais rien parce que quand je fais quelque chose, ma femme ne me dit rien. Encore la semaine dernière, j'ai lavé le sol et même pas un merci."

L'auteur retourne la question à son interlocuteur, et lui demande à quand remontent ses derniers remerciements sincères à sa femme, pour tout le travail qu'elle accomplit au quotidien.

Un partage des tâches toujours très inégal en France

Le post facebook traduit en français a reçu 172 000 mention "j'aime" à l'heure actuelle. Preuve que le message passe dans toutes les langues.

Pourtant, selon une étude de l'Insee publiée en 2015, les femmes continuent à effectuer deux tiers des tâches ménagères en France. Elles y consacrent plus de trois heures par jour, contre 1h46 pour les hommes en moyenne.

Et si le progrès passait par l'éducation des plus jeunes ?