| | |

DILEMME - Que choisir entre l'eau en bouteille et l'eau du robinet ? Quelle est l'eau la meilleure pour la santé ? On en parle avec Clémence Pouclet, conseillère en santé environnementale. 

Arrêter d'acheter des packs de bouteilles en plastique est souvent le premier geste recommandé pour réduire ses déchets. Mais boire l'eau du robinet n'est pas évident pour tout le monde, même si 98 % des Français-es ont accès à une eau conforme à la totalité des critères sanitaires selon la dernière carte de l'UFC-Que Choisir

En effet, d'après l'association, les critères de mesure de qualité de l'eau sont insuffisants pour prendre en compte les pesticides et perturbateurs endocriniens potentiels.

Alors que faire ? Doit-on forcément choisir entre sa santé et celle de la planète ? Pour y voir plus clair, nous avons interrogé Clémence Pouclet, conseillère et formatrice en santé environnementale. 

Dans la Petite Bible de Santé Environnementale (Thierry Souccar Éditions, 2021), elle consacre un chapitre à cette question que l'on se pose tous et toutes : “Eau du robinet ou eau en bouteille ?”.  

18h39 : Est-ce que l'eau du robinet est polluée ?

Clémence Pouclet : Oui ! Elle contient des micropolluants qui sont des résidus de pesticides, de médicaments, de contraceptifs hormonaux ou de métaux lourds. On en retrouve en petite quantité dans l'eau du robinet puisqu'ils ne sont pas filtrés par les stations d'épuration. Cela peut avoir un impact sur la santé parce que certains de ces micropolluants sont des perturbateurs endocriniens qui peuvent agir à très faible dose. Pour rappel, les perturbateurs endocriniens sont potentiellement neurotoxiques, mutagènes et reprotoxiques. 

18h39 : D'un autre côté, est-ce que l'eau en bouteille est sans danger ?

Clémence Pouclet : Non ! Il y a aussi des contaminants dans l'eau en bouteille ! Dans les dernières analyses sur l'eau en bouteille réalisées au sein de l'unité mixte de recherche EPOC (CNRS-Université de Bordeaux) en 2015, à la demande des professionnels du secteur, on retrouvait quasi systématiquement des résidus de pesticides (mais pas de médicaments ni d'hormones, ndlr.)

L'autre problème de l'eau en bouteille, c'est l'emballage. Si la bouteille en plastique est stockée près d'une source de chaleur, les particules de plastique de l'emballage peuvent se libérer dans l'eau. 

Par ailleurs, l'impact environnemental des bouteilles d'eau est important. Il faut créer du plastique à partir de pétrole et transporter toutes ces bouteilles de l'usine à votre magasin. 

18h39 : Alors, que préconisez-vous ? 

Clémence Pouclet : L'idéal, c'est de consommer de l'eau du robinet filtrée, avec un filtre sur robinet par exemple, à renouveler tous les 3 mois. À mon avis, c'est l'alternative qui a le meilleur rapport qualité-prix. Il existe également des carafes filtrantes. Je ne les conseille pas forcément puisque cela nécessite de changer les filtres tous les mois. De plus, si l'eau stagne dans la carafe pendant 12 heures, cela peut créer une contamination bactériologique. 

Je pense également au purificateur autonome, qui est un système indépendant avec des filtres qui peuvent durer dix ans. C'est un investissement à la base mais cette alternative reste plus rentable que l'eau en bouteille. Pour rappel, les bouteilles d'eau sont 100 à 200 fois plus chères que l'eau du robinet en fonction des régions. 80 % du prix de la bouteille d'eau vient de l'emballage et du transport.  

Des déchets évitables : 


10 à 20  millions de mètres cubes de déchets sont générés par les bouteilles en plastique par an en France (source : la Petite Bible de Santé Environnementale, Clémence Pouclet).