| | | | |

TRAVAUX - 10 000 €, 50 000 € ou 130 000 € : dans ce projet, plus le budget est important, plus la salle de bains est proche de la chambre. Car cela implique... de surélever l'appartement.

Une salle de bains de 1,8 m2, ce n'est déjà pas très pratique. Mais quand, en plus, on doit passer par la cuisine pour aller prendre une douche... ce n'est vraiment pas l'idéal.

Voilà la situation à laquelle est confrontée Léa Gnaly. Notre lectrice vient d'acheter un appartement de 39 m2, et voudrait profiter des travaux de remise en état pour moderniser et rendre plus fonctionnelle la salle de bains.

Plan actuel de l'appartement : la salle de bains est dans la cuisine.

Plan actuel de l'appartement : la salle de bains est dans la cuisine. © Stanislas Claude

Pour un tel chantier, plusieurs points importants sont à prendre en compte : les murs, porteurs ou non, les arrivées d'eau et la pente nécessaire à l'évacuation des eaux usées.

Stanislas Claude, architecte du cabinet A.S.C.A., sollicité par la rédaction de 18h39, propose trois solutions différentes, et trois budgets, pour déplacer la salle de bains, avec le parti pris de privilégier la luminosité des pièces à vivre.

Solution n°1 : ouvrir côté salon pour 10 à 15 000 euros

Bonne nouvelle, le mur entre la salle de bains et le salon n'est pas porteur. Il est donc plus facile d'y créer une nouvelle ouverture.

Stanislas Claude envisage donc une première solution, la moins coûteuse, entre 10 et 15 000 euros, mais aussi la moins satisfaisante à ses yeux :

  • boucher la porte de la cuisine,
  • déplacer le lavabo sur la cloison mitoyenne à la cuisine,
  • et ouvrir la cloison côté salon.

Léa Gnaly ne passerait plus alors par la cuisine pour se rendre à la salle de bains, mais par le salon.

Solution n°2 : Déplacer la salle de bains dans l'entrée pour moins de 50 000 euros

Deuxième option : déplacer la salle de bains de façon à ce qu'elle sépare l'entrée de la cuisine, comme sur le plan ci-dessous. Stanislas Claude estime le budget à 50 000 euros, mais on pourrait descendre à 40 000 euros en choisissant des matériaux à petits prix.

La 2e solution envisagée par l'architecte : déplacer la salle de bains dans l'entrée.

La 2e solution envisagée par l'architecte : déplacer la salle de bains dans l'entrée. © Stanislas Claude

Le plan actuel de l'appartement, pour comparaison.

Le plan actuel de l'appartement, pour comparaison. © Stanislas Claude

Certes, la salle de bains est toujours éloignée de la chambre, mais elle est cette fois indépendante. "Je l'ai placée ici pour privilégier la luminosité dans le salon et la cuisine et garder le maximum d'espace dans la chambre", justifie Stanislas Claude.

Attention : dans cette configuration comme dans la suivante, les conduites d'évacuation des eaux usées de la salle de bains sont plus éloignées de la canalisation verticale commune à l'immeuble, située sous la petite fenêtre de l'ancienne salle de bains. Il faut donc prévoir une pente plus importante, pour que l'eau puisse s'écouler.

Ici, la cuisine est surélevée de 30 cm (deux marches sont prévues pour descendre au salon), afin d'assurer le passage des réseaux des eaux usées et leur pente minimale requise.

"Quand on a une grande hauteur sous plafond, surélever de 30 cm n'est pas gênant, précise Stanislas Claude. On passe ici de 2,90 m de hauteur sous plafond à 2,60 m."

On veille également à installer des WC suspendus (qui présentent une sortie des eaux usées plus haute qu'avec des toilettes classiques).

La nouvelle salle de bains, telle qu'elle pourrait être aménagée.

La nouvelle salle de bains, telle qu'elle pourrait être aménagée. © Lena Piroux

Pourquoi ne pas faire courir les tuyaux d'évacuation le long du mur, dans un coffrage, pour éviter d'avoir à surélever la cuisine ? Le tuyau d'évacuation des toilettes, mais aussi de la douche, doivent être installés en ligne droite, sans coude, pour que l'écoulement se fasse au mieux, d'autant que la pente n'est ici pas très élevée. "Plus on a du recul et plus on éloigne la salle de bains, plus on a besoin d'être en ligne droite", note Stanislas Claude.

Solution n°3 : Une salle de bain attenante à la chambre, pour 130 000 euros

Pour cette option, le budget est nettement plus important. En effet, on éloigne encore plus la salle de bains et les toilettes de la canalisation verticale de l'immeuble, et il faut cette fois surélever de 30 cm la quasi-totalité de l'appartement (séjour-cuisine, chambre et salle de bains) pour pouvoir installer les réseaux d'eaux usées avec la pente nécessaire, toujours en ligne droite.

Seuls le dressing et les toilettes restent au niveau de l'entrée.

Bien que coûteuse (autour de 130 000 euros), cette solution a deux avantages majeurs : des toilettes indépendantes, accessibles aux visiteurs sans passer par l'espace nuit de la propriétaire, et surtout une salle de bains à côté de la chambre et du dressing.

Ici, la salle de bains et les toilettes sont séparées.

Ici, la salle de bains et les toilettes sont séparées. © Stanislas Claude

Le plan actuel de l'appartement, pour comparaison.

Le plan actuel de l'appartement, pour comparaison. © Stanislas Claude

Étant donné la surélévation et la nouvelle distribution des pièces, il faut donc prévoir de nouvelles cloisons et de nouvelles ouvertures, notamment :

  • une porte coulissante entre la chambre et la salle de bains,
  • un rideau entre la chambre et le dressing, auquel on accède par deux marches.

"Cette solution permet aux pièces à vivre (séjour et cuisine) de profiter au maximum des ouvertures et de la lumière naturelle", ajoute Stanislas Claude.

L'architecte propose d'en profiter pour abattre la cloison entre le salon et la cuisine, et ainsi de créer une vaste cuisine ouverte.

Attention, puisque le sol est surélevé dans le salon et la chambre, il faut prévoir des garde-corps aux fenêtres, pour les sécuriser.

Dans tous les cas, l'architecte d'intérieur fera appel à un plombier pour valider l'option retenue et calculer les pentes pour les tuyauteries.

Passez à l'action