| | | | | |

ZÉRO DÉCHET - Vous dites stop aux emballages en plastique, au gaspillage, à la surconsommation. Vous avez envie d'être écolo mais votre ami-e fait la tête. Alors, comment le ou la convaincre ?

Passer au zéro déchet, cela représente souvent un changement assez drastique d'habitudes : exit les gros supermarchés et les courses faciles et bonjour aux produits en vrac, au DIY et au compostage. L'aventure zéro déchet vous tente, mais vous avez un problème : votre conjoint-e n'a pas envie de vous suivre. Comment faire pour le convaincre ? Nous avons posé la question à plusieurs personnes, dont Béa Johnson, la grande prêtresse du zéro déchet. On vous dit tout !

Ça coûte moins cher !

Votre conjoint-e rouspète parce que le mode de vie zéro déchet souffre d'une mauvaise réputation financière. Eh bien non, ce n'est pas trop cher, c'est tout le contraire même. Le mode minimaliste, par définition, vous fera faire des économies sur le long terme.

Nous avons posé la question à Béa Johnson, qui a écrit le best-seller Zéro déchet, 100 astuces pour alléger sa vie, traduit en 40 langues. Force est de constater que Béa Johnson est une véritable “star” du zéro déchet : depuis la parution de son livre, huit boutiques de produits sans emballages ont vu le jour à Montréal ! Madame Johnson s'est confiée sur sa vie de couple : son argument pour convaincre son mari (avec qui elle est en couple depuis 25 ans) ? L'avantage financier.


“A l'époque où j'ai voulu changer de mode de vie, mon mari venait de quitter son travail, nous n'avions donc plus d'argent qui rentrait. Lorsqu'on s'est lancés, le zéro déchet n'était pas à la mode et il n'y avait pas de guide. Le vrac se trouvait dans les magasins bio, chez les petits producteurs… Mon mari a eu peur car il avait l'idée reçue que cela coûterait forcément plus cher. Je l'ai donc incité à comparer le relevé du mois zéro déchet avec le relevé précédent. Il a fait le calcul et s'est rendu compte que l'on faisait en réalité 40 % d'économies en adoptant ce mode de vie !”  

Marie-Emilie, 43 ans, du compte instagram zérowastemilf, en couple depuis 19 ans, suit le raisonnement de Béa Johnson, qui l'a d'ailleurs énormément inspirée : “Pour moi, si on ne prouve pas à un homme par a + b qu'il va faire des économies et que c'est prouvé scientifiquement (par un calcul concret), il ne fera pas d'efforts. Je pense qu'en général, les hommes sont davantage pragmatiques que les femmes, moins rêveurs. Mon mari respecte ma démarche zéro déchet mais il n'est pas impliqué à fond.”

Béa Johnson, spécialiste zéro déchet. ©

Votre conjoint-e a peur de bouleverser ses habitudes : que faire ?

Voici la deuxième raison qui peut freiner votre moitié : la peur de voir ses habitudes alimentaires transformées. Le conseil de l'experte Béa Johnson ? Rééduquer son palais en douceur : “La clef est de ne pas être brutal dans vos changements, ne rien imposer, et ne pas entrer en conflit. Il faut changer doucement vos habitudes, inclure crescendo des produits naturels dans vos courses. La bonne astuce : faites participer votre conjoint quand vous faites les courses en vrac, pour qu'il découvre de nouveaux produits qui vont lui plaire.”

Marie-Emilie constate également que la meilleure arme pour convaincre, c'est de ne pas imposer de changements brutaux. Dans son cas, c'est à force d'observation que son conjoint et ses enfants rejoignent progressivement sa démarche : “Plutôt que de faire du forcing et de déséquilibrer l'harmonie familiale, j'ai commencé seule ma démarche zéro déchet en imaginant que ça allait motiver mon mari et mes enfants à faire pareil. Et ça a marché ! Ma fille a adopté certains gestes écolos (elle se lave avec des shampoings solides et n'emploie plus de cotons jetables démaquillants) et mon fils envisage d'être végétarien. Mon mari est encore un peu frileux, mais il utilise de moins en moins les sacs en plastique.


Dans le cas de Marie-Emilie, le couple se dispute autour de questions d'ordre très pratique : son mari estime qu'il y'a trop de trajets en voiture pour faire ses courses, il trouve ça contraignant de faire trois magasins différents alors qu'il pourrait tout acheter au supermarché. “En général, ce sont les femmes qui impulsent le changement et les hommes ont de plus de mal, je le vois autour de moi. Je pense que les hommes ont des difficultés à s'adapter à un mode de vie contraignant..”

La solution ? Selon votre style de vie et la personnalité de votre conjoint-e, montrez que le zéro déchet peut être simple aussi. Comment ? En le rendant plus amusant ! Stimulez son envie en lui proposant de petits défis, un petit mot caché sous l'oreiller pour le défier de ne produire aucun déchet pendant pendant une semaine, par exemple. 

Le zéro déchet, une perte de temps ?

Marie-Emilie le dit clairement : son mari a eu du mal à la suivre dans sa démarche car il trouvait que c'était inutile et qu'ils n'allaient pas faire la différence face à l'immense industrie pétrolière : “mon mari n'a jamais été contre la démarche dans l'absolu, mais il trouve que c'est une cause perdue. Il pense qu'on ne fait pas le poids face aux multinationales. Bien sûr, c'est une forme de lucidité. Il est pessimiste face au système capitaliste qui n'en a que faire de l'écologie.”

Si votre conjoint-e pense de la même manière, montrez-lui que de petits gestes peuvent contribuer à l'effort globale, même si ça ne sauvera pas la planète tout de suite. Tout le monde connaît désormais la fameuse parabole du colibri : Un jour, un terrible incendie ravage la forêt devant les animaux impuissants. Seul le colibri s'agite en jetant quelques gouttes d'eau. Quand on lui fait remarquer que son geste n'éteindra pas l'incendie, il répond : “Je le sais, mais je fais ma part”.


“Mon mari était fan de thon en boite et ça lui a manqué au début”

Nous avons demandé à deux femmes ce qui a réellement manqué dans le quotidien de leurs conjoints en passant au mode de vie zéro déchet, et les résultats ont été… surprenants ! “Cela va paraître un peu futile, raconte Béa Johnson, mais mon mari était fan de thon en boîte et cela lui a vraiment manqué au début. Il a boudé plusieurs fois lorsque je refusais d'en acheter. Pour pallier ce manque, j'ai remplacé le thon en boîte par du thon naturel, frais, bien plus sain. Il a réhabitué son palais, et cela a entraîné un nouveau goût”.

En couple depuis une dizaine d'années, Coline constate la même frustration avec son mari, qui accepte bon gré mal gré le changement de vie de sa femme : “Ce qui lui a vraiment manqué ? La suppression des confiseries ! Eh oui, il est fan de Twix, de Bounty, de sirop… J'ai complètement arrêté d'en acheter, et il pouvait bouder pendant un quart d'heure à cause de cela ! Petit à petit, il s'est habitué et j'ai remplacé par des confiseries en vrac.” La clef pour combler le manque ? Il faut trouver une alternative plus saine qui à force séduira votre conjoint-e.

Après tous ces conseils, il n'y aura plus qu'une seule chose que vous mettrez à la poubelle dans votre vie zéro déchet : les engueulades de couple. Peut être que vous arriverez même à l'embarquer à 100% dans votre aventure ! On essaie ?

Passez à l'action