| | |

ÉCOLOGIE - Fermeture des centres de tri, hausse des emballages plastique : Zero Waste France nous explique comment réduire nos déchets pendant la quarantaine.

En raison des mesures sanitaires, l'emballage plastique fait son grand retour dans le panier de courses des Français-es. Selon une étude réalisée par Elipso entre le 3 et le 7 avril 2020, 20% des entreprises de l'emballage plastique enregistrent une hausse de leur activité dans le secteur de l'agroalimentaire. 

Mauvaise nouvelle pour les adeptes du zéro déchet, mouvement qui prône la suppression du plastique à usage unique et encourage l'achat en vrac notamment. Le confinement a-t-il signé l'arrêt de mort de cette tendance écolo qui a fait de la réduction des déchets sa priorité ? Certainement pas, nous a expliqué Marine Foulon, chargée de communication au sein de l'association Zero Waste France

Première règle : ne pas remettre en question les recommandations officielles

Alors zéro déchet oui, mais pas n'importe comment. En période de confinement le mot d'ordre c'est la santé souligne d'emblée Marine Foulon : “toutes les pratiques qui vont à l'encontre des recommandations officielles sont à écarter pour le moment”. 

Par exemple, le vinaigre blanc, produit phare du mouvement n'est pas recommandé pendant l'épidémie pour laver les surfaces de la maison : “privilégiez le savon ou le liquide vaisselle”, rappelle-t-elle. Ce produit naturel n'est pas assez efficace pour désinfecter les surfaces potentiellement contaminées. 

Pareil du côté des objets à usage unique comme les lingettes jetables, dont on imagine facilement que l'utilisation a augmenté pendant le confinement, ou les mouchoirs jetables. Pas question de s'en passer si elles permettent de se protéger correctement. “On préconise d'utiliser les mouchoirs jetables à l'extérieur”, précise Marine Foulon. 

Stocker ses déchets recyclables et continuer le vrac malgré le confinement

Mais comment continuer à sa démarche zéro déchet malgré les contraintes du confinement et les règles sanitaires ? Concernant l'achat en vrac, la chargée de communication insiste sur le fait que les magasins spécialisés prennent les précautions nécessaires pour que les produits soient sans risque. Toutefois, du côté consommateur, il est important “de bien laver ses fruits et légumes, ainsi que ses contenants si on utilise ses propres contenants”, indique-t-elle. 

Côté tri des déchets, 31% des centres de tri étaient encore fermés le 15 avril selon 20 Minutes, pourtant l'association Zero Waste encourage à ne pas arrêter de le faire à la maison. “Si on a la possibilité de stocker ses recyclables, c'est important. Dans les lieux où il n'y a plus de tri, les déchets vont finir en incinération ou en décharge, ce qui est très polluant pour le sol et l'air”, nous explique Marine Foulon. Une démarche écologique mais aussi solidaire ajoute-t-elle : “c'est un moyen de réduire la pression sur le service de collecte de déchets qui est en sous-effectif, surchargé et en première ligne face au virus.

Se mettre au zéro déchet : la bonne résolution de quarantaine !

Et si le zéro déchet ne fait pas partie de votre quotidien, pourquoi ne pas profiter de cette période pour vous y mettre pas à pas ? En donnant les objets dont vous ne vous servez plus à une association plutôt que de les jeter dans la rue, l'occasion de faire un peu de tri à la maison ! Ou alors, vous pouvez contribuer à allonger la durée de vie de vos objets. “Le fameux grille pain dont il faut juste changer une pièce ou les vieux jeans qu'il faut recoudre”, recommande Marine Foulon. 

Sans oublier les recettes zéro déchet, un classique : “On peut commencer par faire soi-même certaines choses comme produire ses cosmétiques ou des produits ménagers”, détaille-t-elle. Prêt-e à vous lancer ? Découvrez nos meilleures recettes de produits ménagers zéro déchet juste ici !