| | | |

VOYAGE - Avec ses couchettes, son salon, sa cuisine et sa salle de bains, ce bus est à la fois la maison d'un jeune couple et une auberge de jeunesse.

Au commencement de l'histoire, ils étaient deux. Valérie et Tim, un jeune couple passionné de voyage, avec des envies d'aventures en pagaille.

Aujourd'hui, ils sont plus d'une cinquantaine à avoir pris part à l'aventure qu'ils ont lancée il y a désormais deux ans : sillonner l'Europe dans bus transformé en auberge de jeunesse. Cette drôle de maison sur roues, baptisée Let's be Nomads, circule sans cesse de la montagne à la mer, avec deux objectifs : surfer (sur l'eau et sur la neige) et rencontrer des gens.

© Chris Eyre Walker

Pour mieux comprendre, il faut rembobiner un peu. Tout commence lors d'un voyage aux Etats-Unis, où Valérie et Tim tombent sur le véhicule de leurs rêves. Un ancien bus scolaire qu'ils imaginent déjà transformer en maison mobile tout confort.

Ils organisent alors un crowdfunding (une récolte d'argent auprès des internautes, ndrl) pour rassembler les fonds nécessaires à la traversée de l'Atlantique par bateau. Quelques mois plus tard, leur bus jaune se retrouve stationné à deux pas de leur domicile, en Belgique.

Un bus aménagé en auberge

Pendant six mois, trente personnes, des proches mais aussi d'autres ayant entendu parler du projet sur les réseaux sociaux, aux compétences multiples, vont venir les aider à le transformer en nid douillet.

Ils voient grand : le bus renferme 6 lits superposés, une cuisine, des toilettes sèches et une douche. Ainsi qu'un coin privé pour la famille.

© Chris Eyre Walker

Mais aussi un toit sur lequel on peut partager un repas et où sont installés des panneaux solaires pour l'électricité, un projecteur pour visionner des films en plein air. Et bien évidemment des planches de surf et des vélos pour leurs hôtes de passage.

© Chris Eyre Walker

Nous voulions partager l'aventure de la route dans ce bus avec d'autres, voilà pourquoi nous avons eu l'idée d'en faire une sorte d'auberge de jeunesse sur roues”, explique Valérie par téléphone, alors qu'elle parcourt les routes du Tyrol. Un projet qui leur permet de financer en partie leur voyage, avec l'argent récolté pour les nuitées.

Partager la route

En avril 2016, c'est le grand départ pour Valérie, Tim, et leur fille, née entre-temps. Les routes des pays de l'Est, de la France et de bien d'autres pays européens n'ont bientôt plus de secrets pour eux.

© Chris Eyre Walker

Au fil des jours, ils documentent leur périple sur leurs pages Facebook et Instagram et proposent à ceux qui souhaiteraient partager un bout de route avec eux, de dormir à bord du bus.

Avant chaque départ, nous mettons en ligne notre itinéraire et les gens peuvent ensuite réserver et nous retrouver à l'étape qui leur convient. Ils peuvent rester quelques jours ou plusieurs semaines”, détaille Valérie, ravie de rencontrer perpétuellement de nouvelles personnes. “Ce sont des gens qui ont les mêmes idéaux que nous, qui aiment la nature et le voyage.”

Pourtant, on s'interroge : n'est-il pas trop compliqué parfois de vivre sur les routes, et qui plus est en communauté, lorsque l'on est parents ?

La réponse fuse instantanément de la bouche de la jeune maman : “Absolument pas ! Notre fille est une part très importante du partage dans le bus. Grâce à elle le lien se fait encore plus facilement. Et vivre sur les routes, nous en avons toujours rêvé !

© Chris Eyre Walker

Encore un an de périple

Une aventure que la famille aimerait étirer encore un peu. “Nous avions prévu de rester trois ans dans le bus, il nous reste encore un an. Après nous aimerions nous installer au Canada”, confie Valérie.

Avant de raccrocher, il leur reste donc encore quelques contrées à découvrir. Leur prochaine étape ? La Norvège, de juillet à septembre 2017. Les inscriptions sont déjà ouvertes sur leur site. Prêts à monter en marche ?

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker

© Chris Eyre Walker