En utilisant ce site, vous acceptez que les cookies soient utilisés à des fins d'analyse et de pertinence.

    Oui, j'accepte  Non, je souhaite en savoir plus
Nomade Tous citoyens du monde

Tiny house à la française

18h39.fr > Vivre > Nomade > Tiny house à la française
 Laëtitia devant sa maison-baluchon. © Lise-Marie Gaugh
Laëtitia devant sa maison-baluchon. © Lise-Marie Gaugh

LIBERTÉ - Laëtitia a construit elle-même sa maison : un tout petit chalet… sur roues. Tout le confort condensé dans 14 mètres carrés.

"Baluchon". Le nom de sa maison s’affiche fièrement sur la façade, en grandes lettres peintes sur une planche en bois. Juste en dessous, comme un leitmotiv, "Petite maison, grande aventure." Ce chalet de 14 mètres carrés, posé sur une remorque, et donc transportable, c’est la nouvelle demeure de Laëtitia, près de Nantes. Et c'est la première tiny house construite en France par un particulier.

Faire son baluchon, c’est partir sur les routes, avec juste le nécessaire. Une expression qui résume parfaitement l’état d’esprit de la jeune femme de 28 ans et le concept des tiny houses, né aux Etats-Unis.

Rien à voir avec les caravanes, mal isolées. Rien à voir non plus avec les mobil’homes, qui ne peuvent être transportés qu’en convoi exceptionnel.

Les tiny houses sont conçues pour y vivre toute l’année et par tous les temps, comme dans une maison à ossature bois traditionnelle, et peuvent être transportées facilement, sur une remorque.

L’indépendance à petit prix

Quand elle découvre un reportage sur le sujet il y a un an et demi, Laëtitia est conquise. À ce moment-là, aucune société ne les commercialise en France. Elle se lance le défi de construire sa propre tiny house.

Ses études en design industriel lui sont utiles pour dessiner les plans. Quelques amis bénévoles, à qui elle rend hommage sur son site, viennent lui prêter main forte. Certains sont charpentiers ou menuisiers.

Le chantier en lui-même dure huit mois. Tout compris, sa maison lui aura coûté 16 000 euros.

"Le plus difficile était de bien en calculer les dimensions et le poids", raconte Laëtitia. "J’ai eu de la chance car je ne l’ai pesée qu’à la fin." Résultat : 3,130 tonnes, une belle marge de 370 kilos en dessous de la limite autorisée pour pouvoir la transporter sur les routes.

>> À lire aussi : Connaître la législation pour installer une tiny house dans son jardin

Tout le confort, en miniature

Laëtitia a dû renoncer à installer une machine à laver, qui aurait pesé bien trop lourd. Elle devra laver son linge dans une laverie automatique. En dépannage, elle a prévu une petite baignoire qui servira de bac. 

Non, la baignoire ne sert pas à prendre des bains.   © Lise-Marie Gaugh
Non, la baignoire ne sert pas à prendre des bains. © Lise-Marie Gaugh

Pour le reste, la maison correspond aux besoins de Laëtitia, pas plus, pas moins. "Ce n’est pas très grand, mais tout est optimisé. Chaque espace a une fonction pour qu’il n’y ait pas de place perdue."

A l’étage, il y a de la place pour un lit deux personnes. © Lise-Marie Gaugh
A l’étage, il y a de la place pour un lit deux personnes. © Lise-Marie Gaugh

La cuisine occupe une place centrale. © Lise-Marie Gaugh
La cuisine occupe une place centrale. © Lise-Marie Gaugh

>> À lire aussi : Une tiny house écolo pour voyager tout autour du monde

Du bois, du sol au plafond

La construction de cette tiny house est aussi un engagement écologique : "Les maisons classiques consomment vraiment beaucoup d’énergie, et elles sont de plus en grandes pour des foyers pourtant de plus en plus petits."

Son choix se porte sur des matériaux renouvelables et sur le bois. À commencer par le bardage extérieur, en bois de cèdre rouge : un arbre qui pousse vite et se renouvelle très bien.

Plus tard, la maison sera rendue autonome en énergie grâce à des panneaux solaires indépendants. "Comme elle est mobile, je pourrais la placer à l’ombre pour garder la fraîcheur à l’intérieur, et laisser les panneaux au soleil", imagine Laëtitia.

La nature s’invite aussi à l’intérieur. La bibliothèque est construite avec des branches d’arbres du terrain de ses grands-parents, où la maison a été fabriquée.

Tous les meubles ont été construits sur mesure par Laëtitia. © Lise-Marie Gaugh
Tous les meubles ont été construits sur mesure par Laëtitia. © Lise-Marie Gaugh

Micro maison pour tous

Pour le moment, "Baluchon" est posée sur le terrain que lui ont prêté ses parents. Mais elle compte bien se mettre en quête de son propre carré d’herbe. "Ma maison est semi-nomade, précise-t-elle, avec un point d’attache". Et pour pouvoir la transporter elle-même le moment venu, elle prépare le permis remorque.

Autre projet, professionnel cette fois : transmettre ce qu’elle a appris et conseiller les particuliers qui voudraient se lancer à leur tour. Les 10 et 11 octobre, elle ouvre la porte de sa maison aux visiteurs. Tout le monde a droit à sa tiny house, elle en est convaincue. Même Apex, son fidèle compagnon, qui lui habite dans une "tiniche".

>> À lire aussi : Une micro maison près du fleuve Saint-Laurent à Québec

La nouvelle maison d'Apex, sur roues elle aussi. © Lise-Marie Gaugh
La nouvelle maison d'Apex, sur roues elle aussi. © Lise-Marie Gaugh

PASSER À L'ACTION

Connaître les différents types de bois

Du sol au plafond : Parquet, plancher, sol, murs, plafond, pour mettre du bois partout, mieux vaut s’appliquer à connaître les bonnes méthodes, mais aussi les bons matériaux à utiliser avant de commencer son rêve de maison naturelle et chaleureuse.
Articles les plus récents