Pourquoi devient-il plus difficile de se retenir de faire pipi une fois que l'on arrive devant sa porte ?

URGENCE - Non vous n'êtes pas seul-e à subir "l'incontinence du paillasson", il y a bien une explication scientifique derrière ce phénomène !

Vous connaissez forcément cette sensation : pendant tout votre trajet jusqu'à la maison, vous êtes parvenu-e à dompter votre envie d'uriner. Mais soudain, alors que vous vous apprêtez à insérer la clé dans la serrure de votre porte d'entrée, l'envie devient insoutenable au point de n'être presque plus capable de vous retenir. Et si par malheur, un imprévu vient se glisser entre l'ouverture de la porte et le trajet jusqu'aux toilettes, catastrophe (on ne vous fera pas un dessin).

Alors, pourquoi l'envie d'uriner se fait plus pressante quand on arrive au but, quand les toilettes n'ont jamais été aussi proches ? Le site Slate s'est posé la question et nous livre une réponse scientifique.

Un mécanisme pavlovien qui embrouille votre cerveau

Ce syndrome porte un nom, on l'appelle "syndrome du paillasson" ou de "la clé dans la serrure", il a été théorisé en 2015 dans la revue Biomedical Research. Que se passe-t-il au juste ? Tout est la faute de notre cerveau.

"Le cerveau peut avoir enregistré les clés dans la serrure, ou le seuil de la porte comme un signal d'urgence, une fois où cela avait été vraiment urgent [d'uriner]. Le cerveau associe alors ce stimulus visuel ou auditif à l'urgence d'aller uriner, et mélange donc les signaux. C'est un mécanisme pavlovien", explique Grégoire Capon, responsable des activités de neuro-urologie au CHU de Bordeaux.

En somme, lorsque vous passez la porte d'entrée, vous recevez un message d'alerte sur le niveau de remplissage de votre vessie. Le cerveau mélange les signaux ! Pour l'empêcher de prendre le dessus, Grégoire Capon recommande de prendre une grande respiration et d'essayer de détourner l'attention de votre cerveau en récitant l'alphabet à l'envers ou en essayant de traduire ce poème que vous connaissez par cœur. Sinon, pensez à contracter le périnée !

Ce site utilise Google Analytics.