Pour la première fois, un quartier imprimé 100% en 3D va voir le jour aux États-Unis

URBANISME - Deux entreprises américaines viennent de lancer la confection d'un quartier résidentiel écolo grâce à la technologie de l'impression 3D.

L'impression 3D s'utilise pour reproduire la pièce défectueuse d'une machine, confectionner un objet design et même construire une maison. Eh oui, l'un des outils favoris des makers risque bien de fabriquer votre future maison.

C'est en tout cas ce qui va se passer pour les propriétaires des maisons du quartier de Rancho Mirage, dans l'État de Californie aux États-Unis qui va devenir le premier quartier d'habitations entièrement constitué de maisons imprimées en 3D.

Des maisons écolos… entre 595 et 950 000 euros !

C'est un projet de 15 millions de dollars que vont financer Palari Group, une société spécialisée dans l'immobilier et Mighty Buildings, une entreprise qui utilise la technologie 3D pour construire des logements abordables, nous apprend un communiqué. "Tout premier quartier résidentiel composé de maisons à zéro émission", ce projet qui vient tout juste de débuter, comptera 15 maisons et s'étendra sur 5 hectares.

Ecolos, les maisons du projet immobilier se veulent respectueuses de l'environnement grâce à une empreinte carbone faible. Chaque maison sera équipée de panneaux solaires qui alimenteront la totalité des besoins en énergie de l'habitation, ainsi que d'un système de purification de l'air et de l'eau.

Pas question de lésiner sur le confort pour autant. Une maison standard coûte 595 000 dollars et comprend 3 chambres et deux salles de bains pour une superficie de 135 m2. Si vous trouvez que c'est un peu petit et que votre compte en banque est fourni, vous pouvez toujours ajouter une annexe avec deux chambres pour un prix final de 950 000 euros. Sans oublier la piscine, dont dispose chaque habitation.

En plus de construire une maison 2 fois plus rapidement, la technologie 3D permet d'éliminer 99% des déchets liés à la construction, précise Mighty Buildings. Une technique de construction qui devrait se populariser puisque le domaine du bâtiment a émis 10 milliards de tonnes de CO2 en 2019, "un niveau jamais vu", selon un rapport de l'ONU.

Ce site utilise Google Analytics.