| |

INSOLITE - Des dizaines de milliers de visiteurs se ruent sur les “pontons flottants” d'une belle maison, la nouvelle installation de l'artiste Christo, installée sur le lac d'Iseo, en Italie.

Mise à jour du 4 juillet : Christo Javachev, dit Christo, plasticien aux oeuvres démesurées, a remballé son oeuvre “les pontons flottants” le 3 juillet 2016. Alors que les organisateurs s'attendaient à recevoir environ 500 000 personnes, ce sont 1,2 millions de visiteurs qui se sont déplacés. 

Critiqué par des collectifs de citoyens de la région pour le coût du projet, l'artiste a expliqué qu'il avait lui-même financé cette oeuvre, de son installation à son rangement, soit 18 millions d'euros.

La structure était impressionnante : des chemins se jettaient des rues d'une ville des Alpes italiennes jusqu'au coeur d'un lac. Les pontons qui composaient l'oeuvre forment un triangle, reliant la ville de Sulzano, celle de Monte Isola et la petite île de San Paolo.

Chacun pourrait rêver d'une telle vue et d'une allée si étonnante pour arriver jusque chez soi. Christo avait choisi de la créer sur le lac d'Iseo, à 100 kilomètres de Milan et 200 kilomètres de Venise.

Christo Javachev par Wolfgang Wolz

© Christo Javachev par Wolfgang Wolz Wolfgang Wolz

L'installation de Christo victime de son succès

Les visiteurs, pour qui la promenade était gratuite, ont pu ainsi se balader comme s'ils marchaient sur l'eau. Selon l'artiste, ce quai au ras de la surface a été conçu pour ressentir les mouvements du lac ou avoir l'impression de marcher sur le dos d'une baleine. Une expérience assez inédite.

L'événement qui s'est déroulé du 18 juin au 3 juillet 2016 en Italie, a été victime de son succès. Son entrée est désormais limitée puisqu'elle ne peut soutenir que 11 000 personnes à la fois. 500 000 visiteurs sont tout de même attendus jusqu'au 3 juillet 2016, date de fin de l'installation.

La couleur de cette installation devrait virer du jaune dorée au rouge vif au contact de l'eau.

Christo Javachev par Wolfgang Wolz

© Christo Javachev par Wolfgang Wolz Wolfgang Wolz

L'idée derrière l'œuvre : s'approprier un lieu

L'artiste bulgare naturalisé américain, n'en est pas à son premier coup. Pour ceux qui n'ont pas connu l'époque des cheveux peroxydés et des couleurs qui brûlent les yeux, le pont Neuf à Paris avait subi un empaquetage total en 1985 rencontrant un grand succès.

Que ce soit en empaquetant ou en recouvrant des routes et des murailles, Christo s'approprie un espace de façon globale. Son travail reposant sur la transformation à grande échelle de lieux publics.

Cela ébranle la perception que toute personne a d'un lieu qu'il pensait connaître par coeur et provoque la rupture d'une routine parfois sclérosante.

Exactement comme lorsque vous changez la disposition d'une pièce ou que vous y rajoutez un objet décoratif ou fonctionnel. Ces œuvres éveilleront peut-être chez vous une envie de changement au moins dans vos espaces personnels.

Christo Javachev par Wolfgang Wolz

© Christo Javachev par Wolfgang Wolz Wolfgang Wolz

Un artiste qui ne prendra jamais sa retraite

Du haut de ses 81 ans, Christo ne souhaite pas prendre sa retraite, considérant que ce mot n'existe pas dans sa profession. Ses prochains projets consisteront en un recouvrement de 10 km de la rivière Colorado par une toile et l'édification d'un mastaba (édifice funéraire égyptien) de 150 mètres de haut fait de barils de pétrole à Abu Dhabi.

Il ne nous reste plus qu'à espérer que Christo nous revienne en France dans un lieu emblématique avec un projet démesuré. Ce sera peut-être près de chez vous !

Christo Javachev par Wolfgang Wolz

© Christo Javachev par Wolfgang Wolz Wolfgang Wolz