Luthier de formation, Koen a lancé son entreprise de construction de tiny house en Charente

TINY - Les Abris Nomades construisent mais accompagnent aussi celles et ceux qui veulent autoconstruire leur mini maison.

On vous parle souvent de celles et ceux qui se lancent dans la construction ou qui font l'acquisition d'une tiny house, mais on parle moins des personnes qui les aident à concrétiser leur rêve.

Un peu partout en France fleurissent des entreprises de construction de tiny houses auprès desquelles particuliers et professionnels peuvent commander leur mini maison sur roues ou se faire accompagner pour autoconstruire. C'est ce que font les Abris Nomades, une entreprise artisanale installée en Charente, non loin d'Angoulême, que nous avons découverte lors d'un reportage sur Carène et You Liang, un couple de Parisiens qui construisent leur tiny dans le hangar de l'entreprise.

Cette entreprise fondée en 2018 compte à ce jour 4 salariés dont Koen, le co-gérant et fondateur. “On essaie de faire un produit écologique et éco-responsable, on veut promouvoir la vie alternative avec une empreinte moindre sur la planète”, explique-t-il.

De la fabrication d'instruments de musique à celle des tiny houses

Ce Belge flamand de 48 ans sait de quoi il parle puisqu'il vit lui-même dans une tiny house qu'il a construite seul. Une tiny house de 36 m2, de 8 mètres de long et 3 mètres de large équipée de deux mezzanines. “Ça me permet de recevoir mes trois enfants quand ils viennent le week-end. Aujourd'hui, je choisirais un modèle plus petit”, nous confie-t-il.

C'est en dessinant les plans de sa propre tiny, en 2017, qu'il a eu l'idée de monter son entreprise. “Quelqu'un est venu me voir pour l'acheter mais je ne voulais pas la vendre. Je lui ai proposé d'en créer une pour lui. Et ça m'a donné l'envie de commencer”, se souvient Koen.

Pourtant, le belge n'a pas de formation de menuisier ou de charpentier, Koen est luthier de formation, l'artisan qui fabrique et répare les instruments de musique. Rien à voir avec les tiny houses donc, mais une certaine connaissance du bois. “J'avais envie de changer de mode de vie, de revenir à l'essentiel”, rappelle-t-il. ll aurait pu opter pour une vie en yourte, mais c'est la dimension nomade, la liberté de pouvoir se déplacer quand on le souhaite qui l'a orienté vers la tiny house.

Combien de temps faut-il pour construire sa tiny house ?

Après s'être formé seul, vient le temps de la transmission. Et c'est en Charente, où il est arrivé un peu par hasard, que Koen a ouvert son entreprise. Spécialisés dans la construction de tiny houses, les Abris Nomades proposent depuis peu un accompagnement à l'autoconstruction. “On leur apprend les gestes de sécurité, comment utiliser les outils, la connaissance du bois, à lire des plans correctement, parfois des conseils sur l'isolation”, précise-t-il.

Globalement, l'accompagnement est à la carte et dépend des compétences de chacun. Mais attention, tout le monde ne peut pas s'inventer constructeur de tiny house. “Je conseille toujours d'être un minimum bricoleur. Il faut qu'il y en ait au moins un dans le groupe. Sinon on la fait nous-même et ils s'occupent des finitions”, souligne-t-il.

En moyenne, il faut prévoir entre 3 et 4 mois pour autoconstruire une tiny house hors d'eau, hors d'air, quasi habitable. En revanche, pour une maison livrée clefs en main, construite par les Abris Nomades, comptez 6 à 12 mois en fonction de la demande et prévoyez un budget entre 50 et 65 000 euros.

Alternative à l'Ehpad ou changement de vie, des clients aux profils variés

Et il faut dire, que les tiny houses ont la cote, depuis un an “la demande est explosive. On a chaque semaine au moins 5 demandes, on ne peut pas toutes les réaliser”, se réjouit Koen. Selon lui, cette tendance s'explique par le besoin grandissant de retour aux sources et une volonté de changer les choses. Parmi les clients qui se veulent se lancer dans l'autoconstruction, le gérant remarque un profil type : de jeunes couples, ou des femmes seules entre 25 et 35 ans qui veulent “commencer une nouvelle vie”.

Du côté de l'achat de tiny house, les profils sont très variés. Il y a celles et ceux qui souhaitent vivre dedans à plein temps certes, mais il y aussi des demandes atypiques comme cette femme qui souhaite faire construire une tiny house pour l'installer dans son jardin afin d'y installer sa mère, pour qu'elle ne termine pas sa vie dans un Ehpad. Mais il y aussi ceux qui ont un petit terrain et qui font construire une tiny house pour s'y réfugier en cas de confinement, plutôt que de rester enfermer dans un appartement.

Une envie de changer le monde qui passe donc par un habitat minimaliste et écologique. Si le projet de Koen vous intéresse, sachez que les Abris Nomades cherche à embaucher un-e menuisier charpentier-ère. À vos CVs !

Ce site utilise Google Analytics.