Ils ont vendu leur maison pour faire le tour des côtes françaises en bateau

VOYAGE - Cette famille a tout plaqué pour réaliser son rêve de partir à l'aventure à bord d'un bateau.

Grande maison, travail stable, vie calme... Yorick et Vannessa Maguin ont tout quitté en 2020 pour faire le tour de France en bateau avec leur deux enfants, Lou 3 ans, et Peyo 1 an et demi.

À bord de Carmina, leur voilier de 12 mètres de long, la famille Maguin a prévu de naviguer pendant 1 an sur les côtes françaises en programmant une vingtaine d'escales. De plus, le couple a créé son association Projet Horizons pour sensibiliser et mobiliser à la réduction des déchets dans chaque ville où ils seront de passage.

© Yorick Maguin - Projet Horizons

La vie à 4 sur un bateau : "Notre seul besoin, c'est d'être tous ensemble"

L'idée de partir en voyage leur trottait dans la tête depuis un moment déjà. C'est lorsque la nourrice de Lou leur a soufflé qu'il était temps de l'inscrire à l'école, que les jeunes parents ont eu le déclic. "On s'est dit mince, l'école arrive bientôt alors qu'on n'en a pas profité comme on voulait, il fallait qu'on trouve une solution". Et c'est ainsi qu'ils se sont lancés dans l'aventure.

Le quotidien à bord est rythmé par la vie de famille. Yorick le père, nous explique qu'ils peuvent s'occuper et profiter pleinement de leurs enfants, sans avoir le rythme imposé des horaires de travail. "Le plaisir qu'on a c'est de se réveiller en même temps que les enfants. On peut les laisser dormir, on prend notre temps. Lou vient tous les matins dans notre lit faire un câlin. Ce sont ces petits moments de bonheur qu'on apprécie le plus !", s'exclame Yorick.

© Yorick Maguin - Projet Horizons

Échanger leur maison contre un voilier de 12 mètres de long, ils ne le regrettent pas, bien au contraire. "Ça nous suffit largement pour vivre. On n'a plus envie de grands espaces. Notre seul besoin, c'est d'être tous ensemble. Les enfants sont petits et n'exigent pas encore d'avoir de l'intimité. On en profite !". Et si tout le monde s'accommode de la promiscuité à bord, chacun a quand même sa chambre. "Dès qu'on quitte un peu le bateau, notre fille veut vite y retourner et être dans sa petite chambre cocooning", s'amuse-t-il à dire.

© Yorick Maguin - Projet Horizons

Même lorsqu'ils naviguent, ils se sont habitués à ne pas se déplacer tous en même temps pour "éviter le bazar". Lou adore se promener sur le pont du bateau. "Elle a un harnais pour être à l'extérieur sans risquer de tomber à l'eau, et elle fait sa petite vie". Quant à Peyo, encore très petit, il commence à découvrir la mer, au plus grand bonheur de ses parents !

Leur projet pour les années à venir n'est pas encore tracé. La vie de nomade leur convenant, Yorick nous souffle qu'ils pourraient même continuer leur aventure par la terre, "mais toujours en habitat léger", affirme-t-il.

Un engagement pour la protection de l'environnement

"C'est bien beau de faire un voyage mais on s'est dit que ce serait sympa d'avoir en plus un but et de le partager avec les autres", raconte Yorick. C'est après mûre réflexion qu'ils ont crée leur association Projet Horizons, basée sur la protection de l'environnement. "On s'est rendu compte qu'en vivant à bord de notre bateau, les déchets étaient vraiment notre souci majeur. Le recyclage c'est compliqué, car il nous faut un endroit de stockage qu'on n'a pas", dit-il.

À bord, ils viennent d'installer un bokashi, alternative gain de place au composteur. "En tant que nomades, ce n'est pas toujours évident de trouver un lieu pour le vider. Et on tombe difficilement sur un compost dans les ports", affirme Yorick. Avec leur association et au fur et à mesure de leur voyage, ils espèrent trouver des solutions autour de ce genre de problématique et les partager dans les villes où ils s'arrêteront. "Si on veut que les plaisanciers se mettent aussi au recyclage, il faut qu'on arrive à en discuter avec les ports pour qu'ils soient équipés d'un compost où on peut mettre nos déchets bio-organiques", donne-t-il en exemple.

Que ce soit avec les entreprises, associations, élus, écoles et habitants, l'association souhaite fédérer les acteurs des villes où elle fait escale. Leur but est de s'entraider et réfléchir collectivement sur des questions de recyclage et de déchets : "On essaye de faire se rencontrer les gens pour qu'ils tendent ensemble vers un futur meilleur", ajoute Yorick.

Pour ce faire, l'association propose des réunions et des ateliers sur le recyclage ainsi que des ramassages de déchets dans chaque ville. Elle intervient aussi dans les écoles pour sensibiliser les enfants sur le tri des déchets à travers des activités DIY et des jeux.

Et si vous souhaitez rencontrer la famille Maguin, vous pouvez les contacter sur leur page Facebook.

Ce site utilise Google Analytics.