En 2020, toutes les maisons neuves seront positives

CONSTRUCTION - À partir de 2020, les nouvelles habitations devront produire plus d'énergie qu'elles n'en consomment. Et les solutions pour se lancer existent déjà !

"C'est une nouvelle ère énergétique qui s'ouvre, à laquelle chacun peut prendre sa part, c'est absolument passionnant", s'enthousiasme Yann Dervyn, directeur de l'association Effinergie, qui participe à la réflexion gouvernementale sur les futures normes énergétiques.

À partir de 2020, en France, toutes les maisons neuves devront être positives, autrement dit, elles produiront plus d'énergie qu'elles n'en consommeront. Et même, plus précisément, Elles devront produire plus d'énergie renouvelable qu'elles ne consomme d'énergie non renouvelable.

C'est ce qu'impose la nouvelle réglementation thermique en préparation, la RBR 2020 de son petit nom. RBR pour Réglementation Bâtiment Durable. Celle-ci intégrera aussi des normes en matière d'émission de carbone, de consommation d'eau, de qualité de l'air... En jeu : la sauvegarde des ressources de la planète et la santé des habitants.

© Arthur Poitevin

Ainsi, elle va beaucoup plus loin que la réglementation thermique actuelle, dite RT 2012, et c'est tant mieux. En effet, une récente analyse de climatologues issus du Giec rappelait que, même en respectant les accords de Paris, le seuil critique des 2°C de réchauffement risque d'être atteint dès 2015. Heureusement, il n'est pas forcément nécessaire d'attendre 2020 pour agir.

Diminuer au maximum nos besoins en énergie

Selon Yann Dervyn, tous les outils pour construire des maisons vraiment économes en énergie sont déjà là. “Il n'y aura pas vraiment de rupture technologique par rapport aux matériaux utilisés pour la RT 2012, mais une optimisation, explique-t-il. On va augmenter un peu la résistance d'une paroi, améliorer l'efficacité d'une pompe à chaleur...”

Nouveauté par rapport à la réglementation actuelle : l'énergie consommée par l'électroménager, les ordinateurs et les téléviseurs sera prise en compte dans le calcul.

Nous aurons donc intérêt à nous équiper avec des appareils économes. En effet, plus on diminuera nos besoins en énergie, moins on aura besoin d'investir dans des panneaux solaires.

Un mix d'énergies renouvelables

La production d'énergie renouvelable se fera essentiellement grâce au photovoltaïque, assure le directeur d'Effigie. "Mais aussi grâce au bois thermique (bois de chauffage ou en granulés), aux pompes à chaleur (qui récupèrent la chaleur dans l'air, l'eau ou la terre à l'extérieur de la maison, ndlr.), ou au solaire thermique."

Pour lui, les petites éoliennes, que les particuliers installent dans leur jardin, manquent encore d'efficacité. "À mon sens ce n'est pas une solution qui va se généraliser, considère-t-il. J'imagine plutôt un quartier, plutôt à la campagne, qui s'équiperait de sa propre éolienne."

Des réseaux intelligents à l'échelle d'un quartier

L'énergie produite sera alors injectée dans le réseau, pour être distribuée immédiatement là où l'on en a besoin. Ce système de réseau intelligent, appelé smart grid, est déjà testé en France, à Issy-les-Moulineaux notamment.

© Arthur Poitevin

Nous adapterons aussi nos habitudes aux variations de la production électrique. "En été en pleine journée, on aura une production d'énergie importante, explique Yann Dervyn, il faudra piloter à distance un certain nombre d'équipements électriques, de manière à consommer l'énergie quand elle est abondante et disponible."

Des batteries domestiques sur toutes les maisons

Pour stocker l'énergie produite dans la journée, mais qui n'aura pas été utilisée, et pouvoir l'utiliser la nuit, chaque maison pourra s'équiper d'une batterie domestique à lithium-ion.

À moins que chacun ne stocke son électricité en la transformant en hydrogène, comme l'imagine l'essayiste américain Jérémy Rifkin, dans son ouvrage la Troisième révolution industrielle (2012) ! Une solution encore rare et coûteuse.

"À mon avis, ce sera tout cela à la fois, juge Yann Dervyn. On passe d'un monde où la production énergétique est centralisée, à des utilisateurs qui vont tous devenir producteurs d'électricité. Chacun pourra choisir la solution la plus pertinente à l'échelle de son bâtiment ou de son quartier."

La bonne nouvelle ? Il est possible d'entrer dès maintenant dans cette nouvelle ère. Le label pilote BEPOS Effinergie certifie les maisons neuves qui sont, d'ores et déjà, positives.

Passez à l'action

Ce site utilise Google Analytics.