Des personnes végans nous ont expliqué tout ce qui avait changé dans leur maison depuis leur transition

SOCIÉTÉ - Pas de cuir, pas de viande, pas de produits testés sur les animaux : ils refusent toute forme d'exploitation animale et racontent ce que ça a changé en dehors de leur assiette.

Être vegan ne se limite pas à un régime alimentaire. Certes Hyacinte, Romain et Mélanie ne consomment ni viande, ni poisson, ni lait, ni œufs ou miel mais le refus de toute forme d'exploitation animale va bien au-delà.

Il se peut que vous ne remarquiez pas la différence entre l'intérieur de votre logement et le leur. Pourtant, en passant leur porte d'entrée vous ne trouverez jamais de canapé en cuir, de peaux de bête, de fourrure, de soie, de plumes, de duvet ou encore de cire d'abeille. Sans oublier bien sûr l'intérieur de leur réfrigérateur et de leurs placards de cuisine.

Même si évidemment, cette transition ne s'est pas faite en un jour et l'alimentation est bien souvent la première étape vers ce mode de vie. “Le plus gros morceau, c'est l'alimentation car c'est quelque chose que l'on fait trois fois par jour”, rappelle François Stanislas Carnino, chargé de mission au sein du pôle food pour l'association L214, qui s'est fait connaître pour ses vidéos chocs sur les abattoirs.

“J'ai abandonné le cuir avant d'abandonner le fromage”

L'alimentation était ma porte d'entrée, mais j'ai abandonné le cuir avant d'abandonner le fromage. Car le cuir c'est la mort d'un animal. Alors j'ai arrêté direct”, explique Mélanie, vegan depuis 4 ans. Chez Hyacinte, vegan depuis 2017, le cuir a été la deuxième étape après l'alimentation. “Assez vite, tu te rends compte que le cuir est partout quand tu veux t'acheter des fringues”, précise-t-elle.

Alors que faire ? Jeter ses vêtements et son canapé par la fenêtre ? François Stanislas Carnino de l'association L214 rassure : “L'idée n'est pas de tout jeter et de tout racheter mais d'éviter d'en acheter de nouveau. Si j'ai déjà des chaussures ou un canapé en cuir, il n'y a pas de raison de les jeter.” Hyacinte a fait le choix de garder ses anciens vêtements en cuir, tandis que Mélanie les a données et a investi dans des alternatives végétales.

Romain, vegan depuis 5 ans, lui n'a jamais trop aimé le cuir. Mais quand il est devenu vegan et qu'il travaillait dans un magasin de décoration, il faisait son possible pour orienter les clients vers d'autres produits. Chez lui aujourd'hui, on ne trouve “que du synthétique, du lin et des plantes”, souligne le Genevois.

De la cuisine en passant par la salle de bains, la transition est globale

On s'en doute, c'est du côté de la cuisine que les changements sont les plus notables. La viande, le poisson ou encore le lait n'ont plus leur place dans la maison. Mais ce n'est pas le seul changement notable. “Quand tu deviens vegan, il faut cuisiner chez soi. Alors je me suis équipé. J'ai acheté un robot mixeur, des ustensiles et beaucoup d'épices”, se remémore Romain. Pareil pour Hyacinte qui a acheté de nombreux moules ainsi que des bocaux. Mélanie, elle, a fait l'acquisition de livres de recettes.

Si l'on fait un petit tour par la salle de bains, il y a de fortes chances pour que ni leurs cosmétiques ni leurs produits d'entretien ne ressemblent à ceux du commun des mortels car comme le rappelle François Stanislas Carnino : “beaucoup d'entre eux sont testés sur des animaux.” Pour cela Mélanie a une solution bien à elle : “Je ne me maquille pas, je ne me mets pas de crème, pas de produits de beauté à base d'animaux. Je ne me lave pas non plus les cheveux ou alors avec de la farine de pois chiche.

En ce qui concerne les produits d'entretien, vous pouvez aussi les confectionner vous-même en suivant ces recettes écolos.

Comment faire quand la personne avec qui l'on vit n'est pas vegan ? “Mon copain n'est pas vegan. Il mange des œufs et de la viande. On a instauré des règles : pas de viande dans le frigo mais il peut en manger ailleurs”, explique Romain. Bien que le mari de Mélanie ne mange pas de viande, son véganisme a déjà été un sujet de discorde au sein de son couple. Elle raconte : “Je fais souvent des remarques sur le sujet. Il adore le thon par exemple. Un jour, je lui ai acheté une imitation de thon, version végétale et il l'a très mal pris.

Votre chat doit-il devenir vegan à son tour ?

Et les animaux de compagnie, en avoir un à la maison est-ce de la maltraitance ? La réponse est non pour le représentant de l'association L214 : “On peut avoir une autre relation aux animaux qui ne se fait pas dans une relation de domination. Mais il faut avoir une approche pragmatique : si je vis en appartement, est-ce bien pour lui ? Si j'adopte un chat à la SPA, dans tous les cas il sera mieux chez moi que dans une cage là-bas.

C'est ce qu'ont fait Hyacinte et son compagnon en recueillant dans leur appartement marseillais, un chat de la SPA âgé de deux ans. Seul problème : les chats sont carnivores et le régime végétalien ne leur convient pas. “J'ai consulté des vegans sur Instagram, j'ai demandé s'il y avait des croquettes vegan pour les chats mais on m'a expliqué que ça n'était pas trop possible. Ça me brise le cœur mais je me dis qu'on s'occupe d'un petit chat et que c'est tout ce qui compte”, indique-t-elle.

Mélanie n'a pas d'animaux de compagnie, par manque de place. Mais si un jour elle devait en adopter un, ce serait un chien. “Les chiens sont omnivores et peuvent être végétariens, voire vegans et ça me gênerait vraiment moins”, assure-t-elle.

Ce site utilise Google Analytics.