Pendant l'épidémie de Covid, il est plus rentable de louer un logement pour une longue durée que sur Airbnb

PROPRIÉTAIRE - La crise sanitaire qui touche de plein fouet le secteur du tourisme empêche les touristes de venir et de louer des appartements.

Pendant le confinement, les propriétaires de logements loués pour de courtes durées sur des plateformes de type Airbnb ont été privés de leurs revenus locatifs. Plusieurs mois plus tard, ils peinent encore à louer leur bien de façon rentable, le secteur du tourisme étant affecté de plein fouet par la crise sanitaire actuelle.

La start-up Flatlooker, une plateforme 100 % digitale de locations d'appartements entre particuliers, a mené l'enquête : quelle est aujourd'hui la façon la plus rentable pour un propriétaire de louer son logement ?

3 scénarios pour louer au mieux son appartement

L'étude concerne les appartements situés à Paris, allant du studio au 2 pièces, bien les plus communément loués pour une courte durée sur les plateformes type Airbnb.

"Nous avons imaginé trois scénarios post confinement, en partant du principe que le taux de remplissage serait faible pour les prochains mois dû au faible tourisme", explique Mathieu Giard, Growth engineer pour Flatlooker.

  • Scénario 1 : laisser son bien en location courte durée
  • Scénario 2 : basculer sa location sur un modèle de location longue durée classique loi ALUR (bail meublé 1 an).
  • Scénario 3 : choisir un modèle mixte (bail mobilité/étudiant jusqu'en avril 2021 puis remettre son logement en location courte durée entre mai 2021 et août 2021).

L'équipe de Flatlooker a ensuite comparé les différentes entrées d'argent et les frais incombants à la location des appartements en fonction du scénario :

© Flatlooker

"Avec cette étude, on s'est rendu compte que le scénario, c'est-à-dire la location mixte, était celle qui devenait la plus rentable pour les propriétaires", commente Mathieu Giard. D'ailleurs, le professionnel de l'immobilier l'observe : de nombreux propriétaires abandonnent la location courte durée pour choisir l'un ou l'autre des scénarios.

Bail mobilité ou étudiant, kesako ?

Le scénario 3 est donc le plus rentable. Il se compose alors de deux types de contrats de location. Le premier étant la location de courte durée. Les seconds, le bail mobilité ou le bail étudiant, sont moins courants et moins connus du grand public.

Ces deux baux permettent aux propriétaires de louer leur logement jusqu'à 10 mois consécutifs :

  • Le bail mobilité est un contrat de location signé entre le propriétaire d'un logement meublé et un locataire considéré comme temporaire (étudiant, salarié en mission temporaire ou en formation professionnelle, ...). Le bail est d'une durée allant de 1 à 10 mois.
  • Le bail étudiant, lui, est signé pour une durée de 9 mois. Comme son nom d'indique s'adresse aux étudiants.

Pour résumer, selon Flatlooker, pour être rentable, il vous faut louer votre logement avec un bail mobilité ou étudiant d'août à avril, puis en location courte durée de mai à août. Si l'étude ne porte que sur les logements parisiens, Mathieu Giard estime que le modèle fonctionne également dans les autres grandes villes.

Ce site utilise Google Analytics.