Comment éviter que votre chat n'extermine les animaux sauvages autour de chez vous ?

CHAT CHASSEUR - Bien sûr, il n'est pas question de lui jeter la pierre ni de l'enfermer. Mais il existe des solutions simples pour protéger la petite faune sauvage de ses instincts de prédateur.

Le chat est l'animal favori des Français : on en compte plus de 12 millions dans nos foyers. Mais ils ne font pas que nous rendre heureux en ronronnant, ce sont aussi de grands chasseurs.

Pour mieux comprendre leur impact sur la petite faune sauvage et y sensibiliser leurs propriétaires, la SFEPM (Société Française pour l'Etude et la Protection des Mammifères) a lancé une grande étude participative.

Natalie de Lacoste, administratrice de la SFEPM, en charge du projet chats domestiques et biodiversité, nous livre les premiers enseignements de cette enquête, et nous donne des pistes pour protéger les autres animaux de l'instinct de chasse de nos félins préférés. Nous l'avons interviewée dans le cadre de la campagne #Zone Sauvage, du collectif On est prêt, pour protéger la biodiversité.

Cet adorable chaton est-il condamné à jouer seulement dans le salon ? Non, heureusement ! © Getty Images / Nils-Jacobi

18h39 : Peut-on dire que les chats domestiques sont une menace pour la biodiversité ?

Nathalie de Lacoste : Oui, on peut le dire. C'est un peu négatif de le dire comme ça et ce n'est pas de leur "faute", mais il faut que les propriétaires de chats se rendent compte que leur impact n'est pas anodin. On peut avoir un chat qui chasse très peu et ramène deux souris par an, mais cumulé avec les millions d'autres chats en France, ça a un impact.

Dans la nature, il y a normalement un équilibre, car les prédateurs peuvent tomber malades par exemple. Mais le chat domestique est soigné et on lui laisse accès à un milieu naturel, que ce soit le jardin ou le bois d'à côté, d'où un déséquilibre. Ils chassent par instinct, pas par faim. Globalement, une proie sur deux seulement est mangée.

Le but de notre étude n'est pas de les incriminer ni de les rendre responsables de la disparition de la biodiversité. Ils ont un impact négatif qui est dû à l'homme et qui vient s'ajouter aux autres impacts humains.

D'après vos données, quelles sont les proies des chats domestiques ?

Ce qui ressort, c'est que les petits mammifères sont les plus chassés, ils représentent 65 % des proies rapportées. Il y a les souris, mais aussi les mulots, les campagnols, les musaraignes...

Les oiseaux représentent aussi une part importante, 20 % des proies. Et puis il y a des reptiles, des amphibiens, des insectes, tous les groupes sont touchés. Il y a un impact réel sur toute la faune, pas uniquement les souris et les oiseaux.

Est-ce que les chats chassent des espèces en voie de disparition en France ?

Oui, il peut y avoir des espèces déjà un peu en danger, comme des espèces de petites musaraignes qui sont en déclin sur le territoire. Le lapin de Garenne, aussi, on a l'impression qu'il y en a plein partout, et c'est vrai qu'il est bien réparti, mais il y a des zones où il y en a de moins en moins et où il peut être menacé.

Il y a également toutes les espèces de chauve-souris, qui sont très fragiles et se reproduisent difficilement. Notamment la pipistrelle commune, qui a été classée comme quasi-menacée sur le territoire français.

Cela veut-il dire qu'il faut enfermer les chats dans les maisons ?

Non, ce serait vraiment trop cruel, le but n'est pas de limiter leur bien-être. On peut essayer de trouver un entre deux. Les périodes critiques sont l'aube et le crépuscule, des moments où pas mal d'espèces s'activent. On peut faire rentrer son chat à ces moments-là.

Quelles sont les autres solutions pour que nos chats chassent moins ?

On a fait un petit onglet pour les détailler sur notre site. La LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) a aussi travaillé sur les solutions pour limiter l'impact des chats domestiques.

Il n'y a pas de solution miracle, mais on encourage les propriétaires à jouer avec leur animal et à lui fournir une alimentation de qualité à base de viande, même si la viande a d'autres impacts environnementaux complexes. Ça va déjà limiter fortement son envie d'aller chasser.

Et si on a envie de nourrir les oiseaux dans son jardin, on peut mettre la mangeoire en hauteur, avec des petites barrières le long du tronc, pour empêcher les chats de grimper (voir la vidéo ci-dessous, ndlr.).

Une clochette autour du cou, ça ne pose pas de problème à certains chats, pour d'autres ce n'est pas le plus approprié. Ça fonctionne assez bien pour prévenir les petits rongeurs mais bizarrement, sur les oiseaux c'est moins efficace.

Et pour les chats libres ou errants, qui vivent dehors à l'année ?

Leur impact est plus difficile à chiffrer, mais un chat nourri chasse beaucoup moins qu'un chat qui se nourrit par lui-même. Le mieux est de les stériliser pour qu'il y ait moins de chats errants et de leur trouver un propriétaire. Même si c'est compliqué, les associations ont beaucoup de travail.

Comment participer à votre étude sur les chats domestiques et la biodiversité ?

Le portail est toujours ouvert. Le plus simple est d'observer son chat, mais il est aussi possible d'observer, par exemple, le chat de son voisin. Les infos minimums à donner sont la date, le lieu et l'espèce de la proie. Nous avons publié un guide en ligne pour aider à la reconnaissance.

#ZoneSauvage : la campagne pour protéger la biodiversité


1 million d'espèces animales sont menacées d'extinction, dont 792 en France métropolitaine, d'après l'IPBES (la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques). Nous faisons face à la 6e extinction de masse.

Alors que le Congrès mondial de la nature a débuté jeudi 2 septembre à Marseille, le collectif On Est Prêt lance la campagne de sensibilisation #ZoneSauvage.

Découvrez comment soutenir la biodiversité à votre échelle et devenir gardien-ne de la nature sur le site On Est Prêt.

Ce site utilise Google Analytics.