Cette famille désencombre sa maison grâce à l'accompagnement (gratuit) d'une home organiser

ORGANISATION - Pour faire le tri, rien de tel qu'un coach du rangement à domicile pour vider ses placards et gagner de la place à la maison.

Gagner de la place dans sa maison, passer moins de temps à faire le ménage, faire des économies et limiter son empreinte carbone et l'accumulation d'objets, il y a tout un tas de raisons pour désencombrer sa maison. Mais entre la méthode BISOU de Marie Duboin Lefèvre et Herveline Verdeken, la méthode KonMari de la japonaise Marie Kondo ou encore les principes du minimalisme, comment choisir la stratégie adéquate pour se lancer ?

Dans le cadre de l'opération “Osez changer” organisée par l'ADEME (Agence de la Transition Écologique), 20 foyers français bénéficient de l'accompagnement sur-mesure d'une home organiser, une professionnelle qui aide les individus à désencombrer leur intérieur. Un moyen pour l'agence de mesurer les effets du tri et pour les particuliers de profiter d'une aide à domicile gratuitement pendant trois mois.

Faire du tri oui, mais aussi oeuvrer pour la planète et les autres

Laure, 41 ans, vit avec sa famille dans les Pyrénées Atlantiques. Elle s'est lancée dans l'aventure du désencombrement pour la partie responsable en faisant don de ses objets “à des gens à qui ça pourra servir” mais aussi pour l'aspect environnemental. L'objectif pour cette ingénieure en développement durable : opérer un grand tri dans les jouets, vêtements et matériel électronique de la maison. “Je me suis toujours dit qu'on accumulait pas mal d'objets et il y en a une grande partie qu'on utilise pas. Forcément ça reste dans les placards. C'est l'occasion de faire le point”, nous explique-t-elle.

Chez Aurore, accompagnante parentale au sein d'une association et mère de trois enfants, le désencombrement fait partie des habitudes de la famille. “Le but est de découvrir le métier d'home organiser, d'avoir des outils pour les partager avec les familles qu'on accompagne dans l'association”, souligne Aurore. Adeptes du “minimalisme et de la décroissance”, Aurore et Julien son compagnon sont suivies par Elodie Boulard, coach en rangement et home organiser depuis un mois.

Pour cela, il a fallu compléter un dossier et envoyer sa candidature par mail. Laure se souvient : “Il y avait plusieurs questions : quels sont les freins au tri chez vous ? Pourquoi ne faites-vous pas le tri sur certains objets ? Quels objets vous encombrent le plus ? Sur quoi voulez-vous êtes aidés ?”. Les candidat-es ont ensuite passé un entretien avec une personne de l'ADEME avant d'être définitivement retenu-es.

Désencombrer pour donner, revendre, recycler ou jeter !

Lors de sa première visite dans la maison d'Aurore, Elodie s'est présentée, à décrit le protocole et les contraintes de l'opération. Parmi elles, faire un compte rendu hebdomadaire de leur progrès. Elle a également présenté les différentes catégories d'objets à désencombrer : “les jeux et jouets, les vêtements, le matériel de bricolage, écrans et machine à café, assises et literie, sport et loisirs”, se souvient Aurore.

Deux semaines plus tard, la home organiser est de retour dans les foyers pour passer à l'action. Laure nous raconte : “elle est venue toute une journée pour commencer le tri. On a commencé par les chaussures, les jeans, les jouets et le matériel électronique.” Afin de remplir la mission, la coach de Laure prodigue à la famille de précieux conseils. “Sa technique est de sortir tous les objets à un endroit, cela nous fait prendre conscience qu'on en a beaucoup. Puis elle fait classer les vêtements en fonction des personnes, les jouets par type de jouets”, indique-t-elle.

Une fois les objets triés, les familles peuvent choisir de les donner, revendre, recycler ou jeter. “On était très embêté avec les smartphones”, nous confie Aurore, “elle nous a indiqué des sites qui les revalorisent ou comment trouver des associations qui font de la seconde main, du repair.”

Chez Laure, 26 paires de chaussures et 56 peluches

Laure, quant à elle, a été surprise par la quantité d'objets qui se trouvait dans sa maison. “Je pensais avoir 8 paires de chaussures, en fait j'en avais 26 ! J'en ai découvert au fond de mes placards. Les enfants ont dit qu'ils avaient 20 peluches et il y en avait 56. On a dû en enlever la moitié”, s'exclame-t-elle.

Les deux femmes sont formelles : le désencombrement, c'est fatiguant et pas franchement passionnant. “Il faut tout compter, ce qui n'est pas compté doit être pesé pour les statistiques de l'ADEME”, explique Aurore. Sans oublier qu'il faut garder l'ensemble des objets jusqu'à la prochaine visite de la home organiser afin qu'elle se rende compte des volumes. “Il faut les mettre quelque part, on les voit traîner. Ça a été source de tension à la maison”, confesse Aurore.

Alors que Laure stocke l'ensemble des cartons au garage, Aurore, elle, investit l'abri de jardin. “On a pour objectif d'en faire une salle de musique une fois qu'il sera désencombré. Ça motive tout le monde”, précise-t-elle. En effet, rien de tel qu'un projet commun pour motiver toute la famille à se délester des objets superflus. Du côté de chez Laure, c'est le déménagement prévu fin juillet qui encourage le tri. “Cela fera moins d'affaires à déménager”, ajoute-t-elle.

Aurore et Laure vont bénéficier de l'accompagnement de leur home organiser pour deux autres sessions de désencombrement d'ici la fin du mois de juin. Vous souhaitez vous lancer ? Voici 10 objets dont vous pouvez vous débarrasser tout de suite.

Ce site utilise Google Analytics.