6 choses à savoir avant de se lancer dans la création d'un écolieu collectif

COMMUNAUTÉ - La coopérative Oasis a mis en place une formation pour créer son écolieu collectif. Son président nous a expliqué ce qu'il faut savoir avant de se lancer dans un tel projet.

Vous aspirez à un mode de vie plus communautaire, solidaire mais aussi autonome ? L'écologie est devenue une valeur centrale pour vous ? Alors rejoindre ou même créer votre propre écolieu vous a sûrement traversé l'esprit. Et vous n'êtes pas seul-e, puisqu'il en existe plus d'un millier rien qu'en France.

Cela tombe bien, la coopérative Oasis accompagne les citoyen-nes qui souhaitent vivre dans un écolieu collectif mais surtout les accompagne pour monter ce projet. Pour cela, la coopérative a mis en œuvre une formation de 6 mois pour acquérir le savoir-faire nécessaire pour créer un écolieu mais aussi expérimenter la vie en Oasis grâce à des séjours d'immersion.

Si ce projet vous intéresse, nous avons demandé à Mathieu Labonne, président de la coopérative Oasis, ce qu'il faut savoir avant de se lancer dans la création d'un écolieu.

Conseil 1 : confronter les rêves à la réalité pour ne pas déchanter

Aujourd'hui beaucoup de gens aspirent à ce mode de vie car il répond au besoin d'être plus heureux, de ralentir. Par contre, ils ne mesurent pas l'envers de la médaille : c'est un mode de vie qui est exigeant, un mode de vie qu'on ne fait pas à côté d'une vie classique”, prévient en préambule Mathieu Labonne.

Pour ne pas déchanter, le président de la coopérative conseille de confronter ses rêves d'écolieux collectifs avec la réalité. C'est pourquoi la formation d'Oasis propose une douzaine de voyages dans ce type d'habitat pour que celles et ceux qui souhaitent se lancer puissent expérimenter concrètement la vie dans un écolieu. Et si vous souhaitez trouver une liste des différentes coopératives et habitats participatifs de France, jetez un coup d'œil à cette carte.

Conseil 2 : clarifier la raison d'être du projet avant de penser aux questions pratiques

Vivre dans un écolieu n'est pas une raison d'être !”, s'exclame Mathieu Labonne. En effet, vouloir vivre de manière écologique au même endroit ne suffit pas pour bâtir durablement un projet d'écolieu. Il est donc important de préciser en amont ce que l'on attend d'un tel projet, “clarifier ce que l'on veut faire ensemble en tant qu'être humain”, ajoute-t-il.

Quel sera le rapport à l'argent du collectif ? Comment régler la question de la propriété ? Qu'est-ce que l'on partage avec les autres ? Quel type de gouvernance ? Voici le genre de questions qu'il est important de régler avant de se lancer. Ensuite viendront les réflexions juridiques et pratiques.

Mais le plus important est de formaliser cette raison d'être, de l'écrire quelque part pour qu'elle puisse servir de cap pour avancer. Et surtout être certain que tout le monde partage ses grands principes.

Conseil 3 : ne pas copier les modèles existants

Ne surtout pas vouloir calquer le modèle d'organisation, le modèle juridique d'un écolieu sur son propre projet. “Le choix juridique, c'est la somme d'un rapport à la propriété, un rapport à la gouvernance, à un modèle économique. Il y a forcément une forme juridique qui convient à votre projet”, précise Mathieu Labonne.

Sans oublier de ne pas rechercher la complexité quand elle n'est pas nécessaire. “Tout le monde cherche à monter des projets très compliqués alors qu'en réalité, on peut en monter plus simplement avec une SCI ou une association par exemple”, rappelle-t-il.

Conseil 4 : créer un vrai collectif et apprendre à se connaître

Que vous soyez 4 ou 12 familles à vouloir vivre ensemble dans un même lieu, il est essentiel de construire une cohésion et de créer de la confiance entre les futurs membres. Car travailler ensemble sur un même projet ne suffit pas pour se connaitre vraiment.

C'est un peu comme une colocation finalement ! Comment ont-ils envie de vivre dans ce lieu ? Qui sont-ils ? L'idéal pour le savoir est de partir en vacances ou en week-end ensemble, cela vous donnera un premier aperçu.

Conseil 5 : des investissements à prévoir mais des économies à l'arrivée

Il est d'usage de considérer que la création d'un écolieu revient moins cher qu'un projet immobilier. “On dit que ça fait gagner de 10 à 30% de moins qu'un projet immobilier”, précise Mathieu Labonne. Pour quelles raisons ? On en recense trois :

  • l'autopromotion (les futurs habitants se substituent aux promoteurs immobiliers)
  • l'autoconstruction fréquente
  • les espaces communs : “les gens vont donner 10 000 euros pour les espaces communs, mais on va concevoir une maison sans buanderie ou chambre d'amis donc la maison va coûter moins cher”, justifie Mathieu Labonne.

Conseil 6 : être prêt à embrasser un mode de vie plus sobre et autonome

Faire des économies sur le prix de la maison certes, mais “cela dépend aussi de la manière dont vont vivre les gens dans l'écolieu”, précise-t-il. Selon le président de la coopérative, l'écolieu est un outil pour accéder à un “mode de vie plus autonome, plus sobre et convivial.


Le principal enjeu d'un Oasis est de parvenir à réduire ses dépenses individuelles sur le long terme. Mathieu Labonne explique : “dans notre écolieu, on a un poulailler collectif. J'ai donc des oeufs gratuits que je n'aurais pas si j'étais tout seul.” Et finalement si on se sent bien chez soi, on a moins envie de voyager et on fait des économies !

Ce site utilise Google Analytics.