| |

SOLIDARITÉ - Jean-Marc Potdevin a créé le réseau social Entourage qui aide les habitants d'un quartier à aller à la rencontre des personnes SDF.

Entourage n'est pas un réseau social comme les autres. "C'est un réseau de chaleur humaine", comme aime à le décrire son fondateur, Jean-Marc Potdevin.

Il permet aux riverains et aux personnes SDF d'un quartier de discuter via une application mobile, avant de se rencontrer pour partager des activités. L'objectif : rompre l'isolement des personnes en situation d'exclusion et leur donner l'impulsion pour s'en sortir.

Mais cette application se veut aussi très utile pour les personnes qui voudraient adresser la parole à ceux qu'ils croisent tous les jours en bas de chez eux, sans oser franchir le pas.

Les sans-abri qui n'ont pas de smartphone ne sont donc pas laissés de côté : eux aussi pourront accroître leurs réseaux d'amis dans la vraie vie, puisque davantage de personnes viendront à leur rencontre.

Entourage est déjà utilisé par 40 associations locales dans 12 villes françaises, et sera ouvert au grand public en septembre 2016. Mais on peut dès maintenant s'inscrire sur le site de l'association pour devenir ambassadeur et y tester l'application.

Jean-Marc Potdevin nous explique sa démarche.

Jean-Marc Potdevin, à l'origine de ce réseau social d'un nouveau genre.

Jean-Marc Potdevin, à l'origine de ce réseau social d'un nouveau genre. © Entourage

Pourquoi avoir créé cette application ?

Tout le monde a en tête que les personnes SDF ont besoin d'argent, d'un sandwich, d'une couverture, et en fait elles meurent de solitude.

Par exemple, devant mon entreprise, il y avait toujours une personne qui dormait sous un porche et avec qui je discutais régulièrement. Un soir, elle m'offre un fromage qu'on lui avait donné. Je lui demande pourquoi il me fait ce cadeau. Il ouvre son sac, plein de nourriture et me dit : “tout le monde passe, tout le monde me donne à manger et personne ne me demande si j'ai faim.”

C'est déjà une très belle démarche de donner à manger. Mais c'est encore mieux de dire Bonjour, et demander “Salut Éric, il fait un peu froid, tu veux quelque chose pour te réchauffer ?”

Comment l'application peut-elle nous aider à créer ce contact ?

Si vous n'osez pas y aller tout seul : vous pouvez rejoindre un membre du réseau qui organise une activité avec une personne SDF autour de chez vous, et qui aura posté un message comme “Je vais au cinéma ce soir avec Pierrot, qui veut venir ?”

Les gens vont se grouper autour d'actions. Les gens ont peur de rentrer dans une relation dont ils ne pourront plus se dépêtrer. Entourage répond à ça : ne vous inquiétez pas, vous n'êtes pas tout seul, on peut mobiliser d'autres personnes avec vous.

Si la personne SDF dispose d'un smartphone, elle peut aussi créer ses propres entourages.

Les personnes SDF sont-elles désignées comme telles sur le réseau ?

Non, ce sont les mêmes profils pour tout le monde. On renseigne chacun sa petite biographie et si les personnes ont envie de dire qu'elles sont à la rue, elles peuvent le faire. Mais il faut comprendre que pour elles, c'est appuyer là où ça fait mal, donc on cherche à symétriser la relation.

Par contre, on a un système de réputation, on peut regarder si la personne est débutante ou expérimentée, s'il y a des commentaires sympas, si elle est membre d'une association.

Avez-vous associés des personnes SDF à la création d'Entourage ?

Oui, on a un conseil d'experts dirigé par une femme qui a vécu 17 ans dans la rue. Ils nous permettent d'éviter les dérives. En particulier ne pas géolocaliser de personnes SDF, ne pas créer de cartes ou de bases de données, pour respecter la vie privée de ces personnes fragilisées.

Comment l'application s'articule-t-elle avec le travail des associations locales ?

Certaines situations sont trop compliquées à gérer pour le grand public. Par exemple, il m'est arrivé de rencontrer une femme SDF qui avait visiblement été violentée. Je ne savais pas quoi faire.

Si je pose la question dans Entourage, une association locale pourra me donner un numéro d'appel d'urgence ou pourra venir la voir. On est complémentaires, mais on ne va pas remplacer le travail des associations par un collectif de voisins.

D'ailleurs, le but ultime d'Entourage, ce n'est pas de garder les gens dans la rue et que tout le monde soit gentil avec eux. Le réseau donne l'impulsion, le courage de franchir le pas d'une association.

Quand une personne sort de la rue, c'est là que son réseau va prendre encore plus de valeur, parce qu'elle va souvent être placée dans un foyer loin de l'endroit où elle avait ses habitudes. Avec Entourage, elle pourra garder ce réseau d'amis.

Un dernier conseil pour oser adresser la parole une personne qui vit en bas de chez soi ?

Ne pas y aller en se disant qu'on est là pour la sauver, mais seulement pour rencontrer cette personne que l'on voit tous les jours, voir si elle est sympa, comment elle s'appelle. Ensuite, s'inscrire dans une relation de fidélité. Ce sont des gens qui ont été abandonnés 1000 fois, il faut reconstruire patiemment cette confiance.

La bonne nouvelle, c'est que lorsque l'on fait cette démarche, on en sort grandit. Entourage n'est pas un réseau d'aide des riverains vers les sans-abri : les deux sortent gagnants de la relation.