CULTURE - Jusqu'à la mi-juillet, découvrez une exposition dédiée à l'habitat temporaire à la Cité de l'architecture et du patrimoine.

Du 17 mai au 16 juillet, l'exposition “Habiter le temporaire, La Nouvelle Maison des jours meilleurs”, présente les travaux des huit lauréats du concours Mini Maousse, à la Cité de l'architecture et du patrimoine de Paris.

Des étudiants d'écoles d'architecture, d'ingénierie et de design ont conçu des habitations temporaires à la structure modulable, adaptable, empilable, démontable et transportable. Le but : répondre à différentes situations de mal-logement.

Un hommage à Jean Prouvé

À travers ces projets exposés, le visiteur découvre la réponse d'une jeune génération d'architectes, qui fait redécouvrir “La Maison des jours meilleurs” de Jean Prouvé.

En effet, en 1956, à la demande de l'Abbé Pierre, l'ingénieur Jean Prouvé propose une maison qui puisse être construite en série et montée en quelques heures. Elle est saluée par Le Corbusier comme “le plus parfait moyen d'habitation”, et démontre la possibilité de l'industrialisation de l'habitat pour répondre à la situation catastrophique du logement.

Des maisons pour répondre à la précarité

Les maisons proposées pour le concours devaient apporter une réponse à différentes situations : accueil d'individus isolés, ménages avec ou sans enfant, habitat collectif et temporaire ou habitat de longue durée en zone dense pour étudiants, travailleurs précaires et familles.

Leurs propositions présentent les fonctions principales de l'habitat pour en garantir son autonomie (sanitaire, cuisine, chambres, séjour...) tout en optimisant la lumière naturelle, la ventilation, l'isolation phonique, l'isolation thermique ou encore l'économie d'énergie.

Ces différents projets peuvent être produits en atelier et en série.

Un projet réalisé grandeur nature

Sur les 8 projets sélectionnés pour figurer dans cette exposition, l'un d'entre eux a été désigné pour être reproduit à l'échelle 1 : Wood Stock, créé par Fabien Le Goof et Cédric Jen.

Son prototype a été réalisé à l'école supérieure du bois de Nantes par les élèves ingénieurs de l'école, en partenariat avec les élèves du Brevet Professionnel Charpentier.

Découvrez en images quelques autres projets des lauréats exposés :

Moving Roof par Arnaud Ribière, Diana Pinheiro et Manon Mercero

Kyubu par Virginie Vazquez et Ludovic Geraerts

Wood up par Lauren Germain et Aurore Pulwermarcher Blanchard