| |

INTERVIEW - Ouria Dkhissi-Benyahya, chronobiologiste, explique l'influence des températures de couleur des ampoules sur notre horloge interne.

Bien choisir ses ampoules n'est pas qu'une question d'atmosphère ou d'économie d'énergie. Il en va aussi du bon fonctionnement de notre horloge interne.

Installer des lumières chaudes, qui tirent vers le jaune, ou froides, qui tirent vers le blanc avec une forte quantité de bleu, a également un impact sur le rythme de notre organisme.

Ouria Dkhissi-Benyahya, chercheuse en chronobiologie à l'INSERM de Lyon, nous explique le fonctionnement de cette horlogerie particulière et nous livre ses conseils.

Quel rôle joue la lumière sur notre organisme ?

La lumière, celle du soleil comme la lumière artificielle, est réceptionnée par la rétine de l'?il et transmise à une partie du cerveau qui s'apparente une horloge, qui régule notamment notre cycle veille-sommeil et nos prises alimentaires. La lumière va remettre cette horloge à l'heure tous les jours, pour qu'elle soit parfaitement synchrone avec notre environnement.

Notre horloge interne est aussi sensible aux différents paramètres de la lumière : son intensité, la durée d'exposition, mais aussi ce qu'on appelle les longueurs d'ondes, c'est-à-dire s'il y a plus de bleu, de rouge ou de vert dans le spectre lumineux. C'est sur ce point que la lumière artificielle et la lumière naturelle peuvent différer.

Y a-t-il en conséquence des lumière artificielles à privilégier ?

C'est un peu plus compliqué que ça. En fonction du moment dans la journée, la même lumière va avoir un effet positif ou négatif sur l'organisme.

Par exemple ?

On entend beaucoup parler des effets négatifs de la lumière bleue, c'est-à-dire des lumières générées par certaines LED de couleur froide. Elles produisent une lumière très blanche qui contient beaucoup de bleu.

Ce que l'on sait à l'heure actuelle, c'est que l'exposition à cette lumière bleue est bénéfique le matin, car elle augmente la vigilance. Par contre, des études scientifiques ont montré que le soir, elle peut retarder l'endormissement d'environ une heure, chez les adolescents notamment.

C'est pourquoi on recommande d'éviter de passer du temps tard le soir sur une tablette ou un smartphone, qui sont des sources lumineuses enrichies en lumière bleue.

Et pour les ampoules de sa maison, on pourrait penser que mettre des lumières bleues nous rendrait plus dynamique ?

Chez soi, on peut très bien utiliser des lumières chaudes (inférieures à 3000 k, et qui sont généralement perçues comme plus agréables, ndlr.) car la simple exposition à la lumière soleil (qui contient de la lumière bleue, ndlr.) suffit généralement pour mettre en route notre rythme biologique et le réguler.

Dans une chambre, il n'y a donc pas d'intérêt à utiliser des LED enrichies en bleu. Et dans votre coin bureau, si vous y êtes uniquement le matin, c'est bien, mais pas si vous y restez jusque tard le soir.

>> Découvrez tous les articles de notre dossier Bien éclairer chez soi !

Passez à l'action